Live News

Infanticide en 2009 : quatre ans de prison pour avoir tranché la gorge de son bébé

Marie Georgia Jenna Darga à son arrestation en 2009.

Marie Georgia Jenna Darga, 37 ans, a été condamnée à quatre ans de prison. Cette mère de famille avait tranché la gorge de son nouveau-né en 2009 avant de se débarrasser du cadavre dans un champ de canne. C’était en 2009.

Treize ans se sont écoulés depuis les faits. Marie Georgia Jenna Darga, âgée de 37 ans, a été condamnée, le 28 juin 2022, à quatre ans de prison par la Cour intermédiaire. Elle avait tranché la gorge de son nouveau-né en 2009 avant de se débarrasser du cadavre dans un champ de canne.

La magistrate Reshma Sewpal-Ramdhur a ordonné que les quatorze jours passés par la mère de famille en détention préventive soient déduits de sa peine. Dans son verdict, elle a fait ressortir que l’acte commis par l’accusée est un délit sérieux car un enfant est mort.

Elle a aussi dit avoir tenu compte des déclarations faites par Marie Georgia Jenna Darga à la police et en cour. Elle fait référence au fait que l’accusée ait avancé qu’elle était dépressive au moment des faits et qu’elle a suivi des traitements avec un psychiatre ainsi qu’un psychologue. Or, la magistrate note qu’aucune preuve en ce sens n’a pu être produite en cour.

Elle a également pris en considération le fait que la trentenaire ait quatre enfants qui vont tous à l’école. Sans compter le fait que Marie Georgia Jenna Darga avait un casier judiciaire vierge. La magistrate a aussi tenu compte du fait que l’accusée a plaidé coupable et que treize ans se sont écoulés depuis les faits. Au vu de la nature de l’affaire, Reshma Sewpal-Ramdhur est d’avis qu’une peine d’emprisonnement est justifiée.

Une enfant nommée « Angel »

À son procès, Marie Georgia Jenna Darga avait dit que c’était à cause de sa situation précaire qu’elle avait commis l’irréparable le 2 décembre 2009 à Belle-Mare. Que s’est-il réellement passé ce jour-là ? L’accusée était enceinte de huit mois. Elle avait égorgé son nouveau-né qui était de sexe féminin et qui se prénommait « Angel ».

Après l’avoir tuée, elle s’était débarrassée du cadavre dans un champ de canne à l’arrière de la maison qu’elle louait avec son concubin. Le corps avait été retrouvé deux jours après. L’enquête de police avait conduit à l’arrestation de Marie Georgia Jenna Darga.

C’est le 28 septembre 2017 que le Directeur des poursuites publiques a logé une accusation contre la trentenaire devant la Cour intermédiaire. Poursuivie pour coups et blessures ayant causé mort d’homme sans intention de tuer, elle avait plaidé coupable à son procès. Au moment de son arrestation, elle avait donné sa version des faits sans être représentée par un homme de loi.

Toutefois, la mère de famille avait choisi d’être entendue sous serment durant le procès. Elle avait déclaré qu’elle était dépressive et que ce n’était après avoir été suivie par un psychologue et un psychiatre qu’elle avait compris ce qui lui était arrivé. Elle avait aussi dit regretter son geste et qu’elle était toujours en traitement vu qu’elle souffrait d’insomnie.

Au moment des faits, elle avait déjà deux filles à sa charge et son concubin en avait deux autres. Dans ses déclarations à la police, elle avait dit qu’elle n’avait pas les moyens de s’occuper d’une autre enfant et que c’était la raison pour laquelle elle lui avait tranché la gorge.

Or, au départ, elle avait servi une tout autre version aux enquêteurs. Elle leur avait dit qu’elle avait accidentellement tranché la gorge de son enfant en coupant le cordon ombilical après l’avoir mise au monde. L’autopsie pratiquée par le Dr Satish Boolell, ancien chef du service médico-légal de la police, avait conclu que le bébé est né après huit mois de grossesse et qu’on lui avait fait une entaille au niveau du larynx, ce qui avait provoqué sa mort.

  • The news 218i Gran Coupé

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !