Politique

Industrie sucrière - Paul Bérenger : «Le rapport du Joint Technical Committee est mauvais»

Paul Bérenger 

Paul Bérenger est revenu, samedi, sur le rapport du Joint Technical Committee, qui s’est penché sur la situation actuelle et l’avenir du secteur sucre. C’était lors de la conférence de presse du Mouvement militant mauricien (MMM) à ébène. Les agitations de samedi dernier à la Place d’Armes et la présentation du Budget ont, aussi, été évoquées.

La crise dans l’industrie sucrière inquiète Paul Bérenger. Il est revenu sur le rapport du Joint Technical Committee. Selon lui, « ce rapport est mauvais, la méthode utilisée est mauvaise, car les droits acquis des travailleurs sont touchés. On risque un effondrement ». Il a affirmé que c’était la priorité économique du moment. « J’avais dit que la priorité des priorités, c’était d’aider les planteurs afin de freiner l’abandon des terres. » Le leader du MMM a, d’ailleurs, fait comprendre que ce crash pourrait entraîner les autres secteurs du pays. Or, c’est inacceptable, selon Paul Bérenger, que le Premier ministre repousse les discussions sur ce dossier pour après la présentation du prochain Budget.

Concernant le Budget 2018-2019, Paul Bérenger a souligné que la population s’attendait à ce que la taxe sur le diesel et l’essence soit revue afin de réduire les prix. Il a affirmé qu’il fallait enlever le prélèvement de Rs 4 imposé en 2015. De plus, les députés ont été informés que le Parlement siégerait tous les jours avant la fin du mois de juin. Soit vers le 23 de ce mois. Sinon, il faudrait voter un budget additionnel sur le dernier Budget, car l’année financière arrive à échéance le 30 juin. « Pas acceptable et cela démontre que Pravind Jugnauth arrive difficilement à gérer deux ministères », a-t-il avancé.

Au sujet de la motion de blâme de Shakeel Mohamed contre Maneesh Gobin, Paul Bérenger devait affirmer que l’Attorney General a défendu cette décision en expliquant que la compensation de Rs 15 millions accordée à Raj Dayal représentait ses salaires accumulés. Paul Bérenger a souligné que Maneesh Gobin, aussi ancien avocat de Raj Dayal, venait prendre les conclusions de l’ancien juge Lallah à contre-pied. Paul Bérenger devait aussi parler des contrats alloués par Air Mauritius à Bissoon Mungroo et Bassoodeo Seetaram, deux personnes jugées proches du Mouvement socialiste militant.

Concernant les agitations de samedi dernier, le leader du MMM a été catégorique : « La Constitution garantit la pratique de sa religion et l’orientation sexuelle des Mauriciens. La loi protège aussi les Mauriciens contre toute discrimination sur la base de leur orientation sexuelle. Il faut respecter l’islam et la communauté musulmane, surtout en cette période. Il faut aussi respecter l’orientation sexuelle des autres. Ne cédez pas aux menaces. » Il a qualifié la posture de Salim Abbas Mamode de honteuse.  Paul Bérenger devait ajouter qu’il fallait scruter les agissements de la police. Vendredi, la marche avait été annulée. « On vient nous annoncer que la marche n’aura pas lieu. Ensuite, il y a eu une rencontre avec Pravind Jugnauth et la marche a eu lieu... Certains se sont sentis trompés par les ‘zig-zag’ de la police. Mais personne n’est au-dessus de la loi, car il y a une loi pour tous », a souligné le leader du MMM.