Live News

Indurman Gaungoo, battu et jeté dans une rivière : «Nous étions très proches», confie tristement le frère de la victime

Le corps d’Indurman Gaungoo a été retrouvé, le 2 mai, dans une rivière.

Bissoonduth Gaungoo est dévasté. Son frère Indurman, 62 ans, aussi connu comme Satianand, a vécu une fin tragique. Le 2 mai dernier, le corps sans vie de cet habitant de Mahébourg a été repêché dans la rivière Tombeau située dans le village. Ce qui semblait être, à première vue, une noyade s’est avéré être un meurtre. Le soixantenaire a été roué de coups avant d’être balancé dans la rivière.

L’enquête menée par la Criminal investigation Division de Mahébourg et les officiers de la Field Intelligence Unit a vite été bouclée. Les coupables ont été arrêtés. Ce sont Oriana Francesca Sansquartier, âgée de 29 ans, et son compagnon, Anand Pydiah, 43 ans. La jeune femme est passée aux aveux.

La famille d’Indurman Gaungoo se doutait que sa mort n’était pas liée à la noyade. « Inposib linn nwaye. Pa ti bizin arive sa », déclare Bissoonduth, le frère de la victime. Ce dernier occupait le rez-de-chaussée de la maison, tandis que Satianand, issu d’une fratrie de sept enfants, cinq frères et deux sœurs, vivait à l’étage. « Nous étions très proches », ajoute Bissoonduth. Il explique que son frère, qui a vécu et grandi à Mahébourg, était un excellent nageur et plongeur. « À de nombreuses occasions, nous sommes partis pêcher et je peux vous dire que mon frère était un plongeur hors pair. Li naze, al pik ourit dan fon, li revini. Li ti enn sanpion plonze soumarinn. Li finn naz dan lamer deor. Li ena so kart peser. Gard fisriz, gard kot, zot tou konn li », indique-t-il.

C’est pourquoi, le 2 mai dernier, quand les proches de Satianand ont entendu qu’il avait été retrouvé dans la rivière, sans doute victime d’une noyade, ils ont eu du mal à croire à cette version. « Se enn koleg kinn dir mwa inn gagn mo frer kinn noye dan larivier. Monn al gete. Monn gagn enn sok. Delo la pa depas oter mo lazam », soutient Bissoonduth. Son frère n’avait que son sous-vêtement sur lui. « Pann trouv so linz », poursuit-il.

L’autopsie pratiquée par le Dr Shaila Jankee Prasad a attribué sa mort à un œdème pulmonaire et non à la noyade. La CID de Mahébourg a orienté son enquête afin de faire la lumière sur les circonstances ayant conduit à ce drame. Le vendredi 6 mai, les policiers ont effectué une battue sur les berges de la rivière. Les plongeurs de la garde côtière ont retrouvé, à plusieurs mètres de fond, un sac contenant les vêtements de la victime. « Mo ti laba kan bann plonzer inn tir sa sak la dan delo. Ti ena so linz, so kasket, enn boutey rom vid », explique-t-il. Au final, les soupçons de la famille et de la police se sont avérés justes.

Le mardi 10 mai, les policiers ont arrêté Francesca Sansquartier. Elle a avoué avoir proposé de vendre ses charmes à la victime. Ils se sont rendus ensemble à la rivière, mais une dispute a éclaté sur le tarif. Le compagnon de la jeune femme, Anand Pydiah, est intervenue et a roué de coups le retraité, qui s’est effondré. Le couple l’a déshabillé et l’a balancé dans l’eau pour faire croire à une noyade. Bissoonduth indique ne pas connaître la suspecte, tandis qu’Anand Pydiah a un lien de parenté avec eux. « Enn fami mem ek nou sa, misie, selman nou pa konn so larout. Kan nou finn kone enn krim, sa inn bokou tous nou », dit-il.

Le vendredi 13 mai, Francesca Sansquartier a participé à une reconstitution des faits. Son complice dément toute implication dans cette affaire. La victime laisse derrière lui une épouse inconsolable.

  • Ed nou pou kont ou!

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !