Economie

Indicateurs : les entreprises dopent la dette de l’État sur trois mois

À décembre 2018, la dette nationale par tête d’habitant est passée à Rs 247,337. Sur une base trimestrielle, on note une augmentation de presque Rs 8 milliards. Le Fonds monétaire international a déjà attiré l’attention de nos gouvernants sur l’endettement croissant.

Le montant de la dette publique a progressé de 7.9% en 2018 pour atteindre Rs 313 milliards. Fin 2017, la dette s’est élevée à Rs 290.14 milliards. C’est ce qu’affirme le ministère des Finances et du développement économique dans un document publié sur son site jeudi 31 janvier.

D’une part, l’État continue à lever des fonds par le biais d’émission d’obligations. La maturité de ces obligations est plus longue. Cette forme de dette du gouvernement représente 75% du montant total de la dette publique. D’autre part, il y a les emprunts contractés par les entreprises publiques. Selon les données du ministère des Finances, les prêts de ces instances ont bondi de 22% entre septembre et décembre 2018. La quasi-totalité a été obtenue des institutions financières mauriciennes.

Comparée à nos pairs africains, Maurice – en se basant sur ces chiffres – contrôle son niveau d’endettement à l’externe. La dette a chuté de quelque Rs 3 milliards entre fin 2017 et 2018, passant à Rs 54.33 milliards.

À l’issue d’une mission de 15 jours au pays, le FMI reconnaît que la dette augmentera au cours de l’année financière se terminant au 30 juin 2019. Résumant ses observations dans un communiqué publié sur le site du FMI, Mahvash Qureshi, chef de la mission, a attribué la hausse aux emprunts externes de l’État afin de financer les investissements infrastructurels.

Plus loin, elle fait ressortir que l’endettement devrait prendre une courbe descendante. Elle dit que l’objectif est de préserver la stabilité macroéconomique et tenant compte du vieillissement rapide de la population, l’État serait mieux armé pour faire face aux chocs éventuels.

Une mesure que prennent en considération les économistes et observateurs est la part de dette publique par rapport au Produit intérieur brut. En un an, elle est passée de 63.4% à 64.5%, indique le ministère des Finances. Or, selon les directives du FMI, cette part devrait être moins de 60%. D’ailleurs, c’est l’objectif du gouvernement dans le court terme.

Date Montant
2017  
Septembre Rs 290.93 milliards
Décembre Rs 290.14 milliards
2018  
Mars Rs 291.69 milliards
Juin Rs 298.1 milliards
Septembre Rs 305.04 milliards
Décembre Rs 312.96 milliards