Actualités

Independent Broadcasting Authority : les radios privées contestent les changements de fréquences

La décision de l’Independent Broadcasting Authority (IBA) de changer les fréquences de diffusion des trois radios privées est contestée. L’avocat Ashok Radhakissoon, qui a par le passé présidé l’Independent Communication Telecommunications Authority (Icta), parle lui « d’amateurisme ».

Les trois radios privées, à savoir Radio Plus, Radio One et Top FM, ont été appelées à apporter des modifications à leurs fréquences de diffusion. C’est ce qui ressort d’une correspondance de l’IBA le 30 août dernier. La lettre invite ainsi les opérateurs des trois radios privées à discuter avec l’Icta afin de travailler sur de nouvelles fréquences. Cependant, l’IBA a déjà proposé de nouvelles fréquences aux trois radios privées. 

La fréquence 98.9 a ainsi été proposée à Radio Plus, la fréquence 106.0 à Top FM et la fréquence 102.4 à Radio One. Ces nouvelles propositions sont décriées par le directeur d’antenne de Radio Plus, Venen Coolen, qui soutient que cette décision n’a pas fait l’objet de consultations. « Nous n’avons pas été consultés », a-t-il fait ressortir. « Ces fréquences ont été allouées depuis la création des trois radios privées à Maurice, en 2002. Cette mesure va créer beaucoup de confusion parmi nos auditeurs. » Le directeur d’antenne souligne que cette décision va embrouiller certains automobilistes, car, selon lui, les voitures « reconditioned », n’ont pas accès à des fréquences au-delà de 90.00 MHZ. « Cela portera définitivement préjudice à Radio Plus », fait-il part.

L’avocat Ashok Radhakissoon abonde lui aussi dans le même sens et n’hésite pas à parler « d’amateurisme ». « Ces fréquences ont été allouées légalement par l’Icta en 2002 et l’on veut à présent faire croire que les radios privées sont en train de diffuser dans des paramètres contraires aux normes internationales », critique-t-il. L’homme de loi explique aussi qu’il est du devoir des autorités de justifier une telle mesure, car des changements de fréquences comprennent d’importantes implications techniques et financières pour les radios. « Cette décision est-elle motivée par la venue de nouveaux opérateurs ? Y a-t-il un lien avec l’échéance électorale de l’an prochain ? » s’interroge-t-il. 

Jérôme Louis, de l’Icta, explique quant à lui que cette décision s’insère dans le cadre d’une amélioration de la diffusion FM à Maurice. « Ainsi, la fréquence de Jurançon sera réutilisée à Montagne-des-Signaux et la fréquence initiale de la Montagne-des-Signaux sera utilisée au Morne et à Motte-à-Thérèse. Cette nouvelle fréquence a été implémentée à la suite de consultations avec l’île de la Réunion », soutient-il.