Actualités

Inclusion sociale : lancement d’une fondation à la mémoire de Jayen Cuttaree

Inclusion sociale Les amis de Jayen Cuttaree : Jean Claude de l’Estrac, Georges Chung Tik Kan, Shirin Aumeeruddy-Cziffra, l’ambassadeur de France Emmanuel Cohet, Lillka Cuttarree, Barlen Vyapoory et la veuve de l’ancien ministre.

Promouvoir une nouvelle forme d’inclusion sociale avec des vecteurs très forts comme l’éducation mais aussi le digital. Tel est l’objectif que s’est fixée la JKC Foundation lancée par Lillka Cuttaree en mémoire de son père Jayen Krishna Cuttaree (décédé le 19 décembre 2018) le jour de sa naissance, le 22 juin.

Un vibrant hommage a été rendu à feu Jayen Cuttaree lors du lancement de la JKC Foundation pour Just Kind & Caring mais qui rappelle aussi les initiales du politicien Jaya Krishna Cuttaree. C’était le samedi 22 juin à l’Institut Français de Maurice (IFM) en présence de plusieurs personnalités, parmi lesquelles, le président de la République par intérim Barlen Vyapoory et l’ambassadeur de France à Maurice Emmanuel Cohet. Présents également de Swatee Cuttaree et plusieurs membres de la famille Cuttaree et les amis du politicien : Jean Claude de L’Estrac, Shirin Aumeeruddy-Cziffra, Alan Ganoo,  Françoise Labelle, Amédée Darga et Raouf Bundhun, entre autres.

Dans son allocution, le président de la République par intérim Barlen Vyapoory s’est dit heureux d’être associé au lancement de cette fondation qui va contribuer, selon lui, à garder vivant la mémoire et l’espoir du politicien et ainsi réaliser son rêve. Il a aussi précisé qu’un rêve se ne réalise pas comme par enchantement mais par le dur labeur et la détermination. Le président par intérim s’est dit convaincu que l’équipe qui entoure Lillka Cuttaree saura faire vivre le rêve de Jayen Cuttaree qui a tout le temps milité pour la justice et la justice sociale, a-t-il affirmé. Citant Nelson Mandela, il a ajouté que l’éducation est l’arme la plus puissante pour vaincre la pauvreté et réussir dans la vie.

Lillka Cuttaree, fondatrice de la JKC Foundation, a relaté le parcours de son père né d’un père qui était tailleur. Malgré la pauvreté qu’il a connue, cela ne l’a pas empêché de faire des efforts afin de pouvoir faire des études. Sans renier ses origines, il n’a eu de cesse de militer pour les plus démunis dans la ville où il est né, Rose-Hill. « Il a été un leader national et international qui a marqué plusieurs générations de par ses valeurs d’excellence, d’intégrité et d’inclusion », a-t-elle affirmé. D’où la mission de la JKC Foundation qui vise à se mettre au service des autres afin de promouvoir une nouvelle forme d’inclusion sociale aves des vecteurs très forts comme l’éducation, mais aussi le digital.

« Nous allons développer une approche contemporaine et proposer de nouvelles formes d’apprentissage de la petite enfance avec l’utilisation de l’informatique avec la conviction que l’éducation est le vecteur pour combler les inégalités sociales » a-t-elle dit. La fondation compte aussi organiser des ateliers de créativité et un centre d’entrepreneuriat pour les femmes. Elle compte pour cela sur le soutien de tout le monde, car selon elle chacun a une contribution à apporter à la société et réaliser le rêve mauricien qui est l’inclusion de toutes les composantes de la société.

Un leader nommé Jayen Cuttaree

Jean Claude de l’Estrac, Shirin Aumeeruddy-Cziffra et Georges Chung ont participé à un débat sous le thème du rêve mauricien. Selon Jean Claude de l’Estrac, notre pays manque de leader, des personnes qui ont une vision de la société et qui ont le désir d’apporter leur contribution afin de l’améliorer. Selon lui, Jayen Cuttaree était un leader qui a su apporter sa pierre à l’édifice en étant proche de ses mandants. Il s’est présenté comme modèle et a incité les autres à lui emboîter le pas. « À travers des actions simples, il a su revaloriser les gens » a-t-il dit.

Pour Shirin Aumeeruddy-Cziffra, il est important de rêver afin de pouvoir avancer. Elle a ainsi salué les différentes initiatives de Jayen Cuttaree du temps qu’il était conseiller à la ville, député et ministre. « Il avait soif de justice et a donné le maximum à ses mandants et à la population » a-t-elle soutenu. À travers son parcours, il a fait comprendre que chacun doit s’engager selon ses moyens pour être au service des autres, a-t-elle fait comprendre. L’économiste et conseiller au Bureau du Premier ministre, Georges Chung, a souligné qu’il est important pour les politiques de faire tout ce qui est possible pour provoquer le développement économique qui, par effet de boule de neige, va contribuer au développement et au bien-être de la société.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !