Live News

Incidents à Floréal : un suspect dit avoir subi des brûlures dues au gaz lacrymogène, la police dément

Accusés d’avoir agressé un policier à Floréal, six membres de la famille Ramasamy parlent de brutalités policières. Arounen Ramasamy, 25 ans, l’un de six suspects, dit « avoir subi des brûlures sur le corps après avoir été atteint par du gaz lacrymogène ».

Dans un entretien accordé à Téléplus, ce lundi 15 avril, le jeune homme allègue qu’un des policiers aurait même menacé de le « tuer ».

Pour rappel, cette affaire remonte à mercredi dernier. Une dispute avait éclaté entre deux voisins pour une place de parking. Selon Arounen Ramasamy, la police est intervenue sur place et n’a arrêté que des membres de sa famille avant d’utiliser du gaz lacrymogène lors de leur « intervention musclée ».

Plaintes déposées auprès de la Human Rights Commission pour « brutalités policières »

Les six suspects, arrêtés dans le sillage dans cette enquête, ont obtenu la liberté conditionnelle ce matin. Ils ont porté plainte cet après-midi à la Human Rights Commission pour « brutalités policières ».

De son côté, sollicité pour une réaction par la rédaction, l’inspecteur Shiva Coothen, responsable de la cellule communication de la police, a affirmé que la police avait utilisé « un autre gaz » et « non pas de gaz lacrymogène ».