Live News

Incendie à Continental Tyres Recycling Co. Ltd : inquiétudes quant aux effets sur la santé et l’environnement

La fumée qui se dégage des caoutchoucs brûlés peut avoir de graves conséquences sur la santé.

Des spécialistes de l’environnement mettent en garde contre les conséquences de l’incendie qui a éclaté dans l’entrepôt Continental Tyres Recycling Co. Ltd. Le dioxyde de soufre émanant des caoutchoucs est néfaste pour la santé et l’environnement, préviennent-ils.

Un violent incendie a éclaté dans l’entrepôt de pneus usagés de Continental Tyres Recycling Co. Ltd, à La Tour Kœnig, dans l’après-midi du dimanche 27 novembre. Il a fallu une forte mobilisation des pompiers pour circonscrire le feu et éviter qu’il ne se propage. Le Mauritius Fire and Rescue Service a dépêché plusieurs équipes, en l’occurrence celles de Coromandel, de Port-Louis, de Tamarin et de Quatre-Bornes. La police de La Tour Kœnig s’est aussi rendue sur place.

Les spécialistes de l’environnement font savoir que le dioxyde de soufre, qui émane des caoutchoucs, est néfaste pour la santé. Sunil Dwarkasingh, ancien stratégiste de Greenpeace et consultant en développement durable, explique qu’il y a des matières organiques durant la production de caoutchoucs. « Ces matières émettent des polluants qui sont toxiques, dont le monoxyde de carbone et plus particulièrement le dioxyde de soufre. Ils sont tous deux très dangereux pour la santé. Quand une personne inspire du dioxyde de soufre, celui-ci peut bloquer son système respiratoire », indique-t-il. Chaque caoutchouc, ajoute-t-il, contient de l’huile hydrocarbonée qui est un produit entre l’essence et le diesel. « Par la suite, cette huile part dans la terre et c’est très grave. Ainsi, quand un entrepôt de caoutchouc prend feu, le risque de pollution de l’air et de la terre est grand ».

Vassen Kauppaymuthoo, ingénieur en environnement et océanographe, abonde dans le même sens. Le feu dans l’entrepôt de Continental Tyres Recycling peut avoir des conséquences graves à la suite de la présence de produits chimiques. « Il ne faut pas oublier que les roues sont fabriquées avec des produits dérivés du pétrole. Les fumées qu’elles émettent sont toxiques. Le risque que les habitants des alentours aient des problèmes de santé grave est élevé », fait-il ressortir.

Au sein du ministère de l’Environnement, on indique qu’un « air screening » a été effectué le dimanche 27 novembre. « Cet exercice a eu lieu dans les régions environnantes. Les tests n’ont pas relevé de concentrations toxiques », fait comprendre un cadre du ministère.

Incendie à Mare-Chicose

Un résultat positif attendu cette semaine

ait une semaine depuis que le feu a éclaté au centre technique d’enfouissement de déchets de Mare-Chicose. Depuis, les soldats du feu sont sur le qui-vive pour circonscrire ce feu qui s’étendait sur 50 000 m2. Au niveau des pompiers, on explique que le travail se poursuit. L’incendie n’est pas encore maîtrisé. Les sapeurs-pompiers sont à pied d’œuvre pour venir à bout de l’incendie depuis la semaine dernière. « Le feu n’est toujours pas éteint, mais la situation est sous contrôle », déclare l’Assistant Chief Fire Officer, Ashok Ramdhean. Ce dernier explique que quatre équipes sont mobilisées. « L’exercice se poursuit. On étale de la terre pour venir à bout de l’incendie. Il ne reste qu’une superficie de 85 m2. Des résultats positifs sont attendus cette semaine. On pourra accomplir notre mission », conclut-il.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !