Live News

Importation de Subutex : trois proches des enfants mules entendus par l’Adsu

Importation de Subutex La mère des enfants Christina Léonce est en détention depuis plus de deux semaines.

Trois proches des deux enfants interpellés en possession de Subutex à l’aéroport, le 11 mai dernier, ont été entendus par l’Anti Drug and Smuggling Unit (Adsu) la semaine dernière. Il s’agit du frère de Christina Léonce, la mère des enfants, un cousin du père et le frère de ce dernier. Les enquêteurs veulent identifier les proches de ces enfants impliqués dans le financement des billets d’avion des enfants pour leur déplacement à Paris.

Depuis la découverte de cette drogue dans les valises des deux enfants à leur descente d’avion à l’aéroport, ils sont placés sous la garde de la Child Development Unit. Pour des raisons de sécurité, l’endroit est tenu secret. Christina Léonce, la mère des enfants, et un de ses proches, Bryan Mohabeer, ont été placés en détention. Ils étaient allés accueillir les enfants à leur retour au pays. L’Adsu a interrogé un des oncles paternels des enfants sur les démarches concernant la réservation des billets d’avion.  Les enquêteurs le soupçonnent d’être mêlé au financement des billets d’avion pour les deux enfants, âgés de six et neuf ans.

Face aux enquêteurs de l’Adsu, cet habitant d’un faubourg de la capitale a nié toute implication dans l’importation du Subutex. Ses relations avec un autre proche des enfants qui vit en France intéressent l’Adsu.
Cette enquête pourrait déboucher sur l’audition d’un ressortissant mauricien établi en France depuis une vingtaine d’années. Ce dernier, proche des enfants mules, est qualifié comme une figure connue de la brigade antidrogue mauricienne.

Les enquêteurs envisagent de solliciter l’aide des autorités françaises pour l’interrogatoire du Mauricien sur le sol français. Le nom de ce dernier avait été cité dans le passé, après une saisie de Rs 4 millions de Subutex dans la région de Cité La Cure. Une voiture enregistrée à son nom à Maurice avait été placée sous scellés. Mais, faute de preuves, il n’avait pas été poursuivi. L’Adsu avait eu des informations selon lesquelles cet individu serait la pièce maîtresse d’un réseau opérant sur l’axe Paris-Maurice. 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • I want to grow my income