Magazine

Ils font le buzz sur la Toile

La Toile les a rendus célèbres en l’espace de quelques mois. Ils ont fait ou font toujours le buzz… Nous sommes allés à la rencontre de ces mini-stars de la Toile qui ont bâti une notoriété grâce à leur passion pour la cuisine, l’humour ou encore l’écriture.

Vincent Duvergé: l’humour avec un grand H

[[{"type":"media","view_mode":"media_large","fid":"20941","attributes":{"class":"media-image alignleft wp-image-34693","typeof":"foaf:Image","style":"","width":"300","height":"360","alt":"Vincent Duverg\u00e9"}}]]Ses vidéos et parodies vous ont beaucoup fait rire. Vincent Duvergé alias Vince, a fait le tour de la Toile grâce à un sens de l’humour quelque peu décalé. Son histoire, c’est celle d’un passionné de théâtre qui aime faire rire les gens. « J’étais encore au collège et mes amis m’encourageaient à faire des vidéos amusantes. Je n’y étais pas trop convaincu, car j’aimais le théâtre et j’aimais l’idée de voir le public réagir ». Avec son ami Yann, il fait, toutefois, de petites vidéos qu’il poste sur sa page Facebook. Sa première, un clip sur la langue créole, allait créer un buzz énorme sur Facebook. « Les médias m’ont contacté et c’est là que tout a commencé ! » En 2013, sa fameuse parodie de la Miss Mauritius fera exploser sa notoriété. « Tout est arrivé trop vite. J’ai vu mon nombre d’amis augmenter du jour au lendemain. Cela me touchait lorsqu’on me demandait un selfie ». Grâce à ses imitations, Vincent décroche un emploi à la radio. Lorsqu’il décide d’aller étudier en Australie, l’humoriste dit s’être pris une claque. « Je suis redevenu anonyme. Mais, cela a été une claque positive ». À 21 ans, il est aujourd’hui gradué en cinématographie et est de retour à Maurice. « Je prépare déjà quelques vidéos pour les Mauriciens. Cela m’a manqué. J’ai essayé de faire des vidéos humoristiques en anglais en Australie, mais ça n’a pas accroché ». Avec  près de 10 000 ‘likes’ sur Facebook, Vincent sait comment faire rire les Mauriciens. Un ‘teaser’ a été lancé cette semaine pour vous remettre dans le bain…

Coralie Makoona: pour vous donner la patate

[[{"type":"media","view_mode":"media_large","fid":"20940","attributes":{"class":"media-image alignright wp-image-34692","typeof":"foaf:Image","style":"","width":"300","height":"360","alt":"Coralie Makoona"}}]]Coralie MK vous fait avoir la patate. Cette spécialiste du vlogging, âgée de 18 ans, a connu, à travers ses vidéos humoristiques, un succès fulgurant. Sa chaîne YouTube compte déjà 2 000 abonnés en l’espace de quelques mois et plus de 1 500 fans sur sa page Facebook. Elle propose un humour à la mauricienne, dont elle seule a le secret. Qu’est-ce qui fait sa particularité ? Son authenticité et la touche personnelle qu’elle apporte à chacune de ses petites anecdotes. Plus jeune, elle se laissait intimider par les filles de son école. « Ces vidéos sont alors devenues une échappatoire pour moi, comme une façon de revendiquer qui j’étais ». La prise de conscience de son potentiel se fait alors au quotidien. « J’arrivais facilement à faire rire mes camarades de classe et je me suis dit pourquoi ne pas essayer de faire rire les autres ? ». Le succès rencontré sur YouTube a très vite dépassé ses attentes. Dans ses vidéos, les jeunes s’identifient. « J’ai maintenant des amis français qui me suivent et m’encouragent. Mais il faut aussi apprendre à ne pas avoir la grosse tête. Je reste Coralie dans toute sa simplicité ». Avec des vidéos ayant attiré 7 000 vues, Coralie Makoona est à suivre de près.

Visham Ramdoo: l’imitateur inimitable

[[{"type":"media","view_mode":"media_large","fid":"20939","attributes":{"class":"media-image alignleft wp-image-34691","typeof":"foaf:Image","style":"","width":"300","height":"360","alt":"Visham Ramdoo"}}]]Une simple vidéo d’une parodie a fait de lui l’un des meilleurs imitateurs mauriciens de son temps… Visham Ramdoo, un nom qui a fait le tour de la Toile, il y quelques mois, grâce à sa vidéo « Rs 50 gallons Cress ». Rien  ne laissait présager que cette vidéo allait prendre une telle ampleur. Visham imite les personnages les plus connus de l’île à la perfection. Acteur dans l’âme, il était encore en CPE lorsqu’il commence à imiter les personnages populaires. « Chaque soir, avec la famille, on discutait des sujets d’actualité qu’on tournait souvent en humour ». Il décide alors de faire une vidéo de parodie pour imiter le marchand de « Cress » de son quartier, le Premier ministre Anerood Jugnauth, Zulu ou encore « Mami Kloune ». Une vidéo vue par près de 40 000 personnes sur YouTube et qui lui a permis d’avoir aujourd’hui 4 000 fans sur Facebook. Plus qu’un simple imitateur, Visham poursuit son ascension. « J’ai eu la chance de faire un petit sketch pour l’anniversaire du Premier ministre cette année et j’ai aussi rencontré Zulu, Sandra Mayotte Michel Legris et la Présidente Ameenah Gurib-Fakim. Parfois, les gens dans la rue me demandent d’imiter un personnage ». Visham s’inspire beaucoup des spots publicitaires. À 20 ans, il a su faire de son passe-temps un atout rémunéré et poursuit, en parallèle, ses études universitaires. « Je fais des animations dans les événements le week-end et je suis déjà ‘booked’ jusqu’à 2017 ». Un succès retentissant qu’il doit à son acharnement. « J’adapte mes sketchs aux différents événements. Mon but ultime : c’est simplement de faire rire les gens ».

Anoushka Aodhorah: ambassadrice culinaire en ligne

[[{"type":"media","view_mode":"media_large","fid":"20937","attributes":{"class":"media-image alignright wp-image-34689","typeof":"foaf:Image","style":"","width":"300","height":"360","alt":"Anoushka Aodhorah"}}]]Des légumes et épices se transforment en images artistiques sur le blog d’Anoushka Aodhorah. Cette jeune Mauricienne s’est fait une réputation sur la Toile à travers son blog ‘Peachy Tales’. Un succès fulgurant qui lui a permis de collaborer avec HuffingtonPost, l’un des blogs internationaux le plus prisés. À 27 ans, elle a lancé un blog culinaire 100 % local en 2015. Son omniprésence lui a permis de connaître un grand succès en très peu de temps. Anoushka  cuisinait pour la famille alors qu’elle n’avait que 14 ans. « J’ai appris à préparer des petits plats sans aucun livre de recettes ». Elle postait ses plats régulièrement sur Instagram. « Les gens me demandaient tout le temps mes recettes. D’où l’idée de faire un blog. L’on retrouve des plats classiques dans mes recettes, mais j’essaie d’y ajouter ma touche personnelle ». Des plats authentiques qu’elle remet au goût du jour. Son point fort : ses photos. Le blogging lui a aussi permis de rencontrer des gens qui partagent la même passion. « Pour marquer chaque instant passé en famille, je les partageais avec mes amis sur le Net ». Elle raconte que sa vie a changé depuis la création de son blog. « J’ai pu rencontrer des chefs de renom. J’ai été invitée à de nombreux évènements culinaires et collaboré avec des magazines locaux. Il y a quelques semaines, j’ai reçu un courriel du HuffingtonPost, me proposant d’être la voix mauricienne de son blog. Cela a été une énorme surprise pour moi ».

Nadeem Varsally: totalement ‘crazy’

[[{"type":"media","view_mode":"media_large","fid":"20938","attributes":{"class":"media-image alignleft wp-image-34690","typeof":"foaf:Image","style":"","width":"300","height":"360","alt":"Nadeem Varsally"}}]]C’est ce visage que vous retrouvez sur les vidéos de Crazy Tv. Après ses études en Ukraine dans l’audiovisuel, Nadeem Varsally débarque à Maurice avec un esprit révolutionnaire, celui d’apporter une touche d’humour à l’audiovisuel mauricien à travers Crazy Tv. Chose qui n’a pas été si simple pour le jeune homme, qui réalise très vite que les gens étaient davantage branchés sur les réseaux sociaux. Ne souhaitant pas lâcher prise, il se met à son propre compte avec à la production DigiPro. Ils trouvent des sponsors et lancent des vidéos professionnelles de Crazy Tv. « J’ai réalisé que nous avions plus d’impact et surtout plus de liberté en ligne ». La saison 2 de Crazy TV sera très appréciée sur Facebook et YouTube. « Certaines de nos vidéos atteignaient jusqu’à 40 000 vues, puis 70 000 en peu de temps. Leur parodie de « Sous le vent » passera de 4 000 à 25 000 ‘likes’ en l’espace d’un mois. C’était en novembre 2014. « Ce qui fait la particularité de nos vidéos, c’est que nous réussissons à toucher un large public à travers des dialogues très mauriciens auxquels tout le monde peut s’identifier ». La popularité ne fait pas tout, comme l’explique Nadeem Varsally, âgé de 35 ans. « Sur la Toile, il faut savoir sans cesse se réinventer et connaître les attentes du public ». Chaque année, Nadeem Varsally et son équipe sortent cinq épisodes de Crazy Tv d’une quinzaine de minutes. « Nous avons quand même la pression, car les gens en redemandent. Nous ne pouvons pas décevoir nos fans ». En 2015, un des épisodes a dépassé les 100 000 vues en une semaine avec environ 2 000 shares. La saison 4 est prévue avant la fin de l’année.

Maya et Shakti: le duo qui vous fait redécouvrir Maurice

[[{"type":"media","view_mode":"media_large","fid":"20942","attributes":{"class":"media-image aligncenter size-full wp-image-34694","typeof":"foaf:Image","style":"","width":"1280","height":"430","alt":"Maya et Shakti"}}]] Cela va faire un an que Maya de Salle-Essoo et Shakti Callikan ont lancé leur blog MyMoris. Maya a quitté la Belgique pour venir s’installer à Maurice, il y a une dizaine d’années. Anthropologue passionnée, elle s’est plongée dans l’histoire de l’île. « En créant MyMoris, je voulais partager et communiquer le plaisir sans cesse renouvelé de ma rencontre avec l’île », raconte Maya. Shakti est le fruit de l’histoire métissée de l’île, elle a travaillé sur de nombreux projets sociaux à  Maurice et en Inde. Elles se sont créées une petite place sur la Toile en juillet 2015 en lançant leur blog, qui propose des balades hors des sentiers battus à la découverte de la richesse culturelle de l’île. Avec près de 2 500 fans sur Facebook, Maya explique que ce sont les Mauriciens qui sont plus friands de leur page. « C’est une façon pour eux de voir Maurice sous d’autres facettes ». C’est leur passion pour l’écriture qui relie les deux blogueuses. « Nous avons un très bon retour sur la Toile. Récemment, nous avions posté un article sur les superstitions et le public a beaucoup aimé ». Elles ont aussi fait de leur passion leur gagne-pain en proposant une série d’activités de découvertes culturelles. Les jeudis et samedis, elles proposent de goûter la cuisine et au charme de Port Louis avec des dégustations culinaires. Les lundis et mercredis, place à la découverte des vieux métiers de Port-Louis et le mardi, la découverte de l’ancienne propriété sucrière de Saint-Antoine à vélo.

Jouer Mega Millions