Actualités

Il estimait avoir été poussé à la démission : le tribunal met fin au procès d’un ex-employé contre la compagnie de Bernard Maigrot

Bernard Maigrot Bernard Maigrot était le Managing Director de Tex International Limited.

La cour industrielle a mis un terme au procès intenté par Yves-Robert Lamusse à la compagnie Tex International Limited (TIL). L’entreprise, commercialisait des vêtements confectionnés en Inde pour l’exportation vers l’Europe. Le plaignant, un habitant de Rivière-Noire, réclamait des indemnités de licenciement au taux punitif de Rs 3,4 millions plus 2 578 euros. De plus, il réclamait le remboursement des allocations de transport de 11 250 euros. Il demandait aussi le paiement de Rs 210 000 pour des billets d’avion non obtenus et Rs 2,1 millions de bonus non payés.

La magistrate Sheila Bonomally, dans une décision, rendue le 27 février 2020, a mis un terme à l’affaire, en raison des manquements techniques relevés dans la plainte d’Yves Robert Lamusse. 

Dans sa plainte déposée devant l’instance judiciaire, Yves Robert Lamusse estime avoir été poussé à la démission, après s’être vu proposer le poste de General Manager de TIL. Le plaignant affirme dans sa plainte qu’il a été approché, en 2006, par Bernard Maigrot, alors Managing Director de TIL. 

Rupture de contrat

Yves Robert Lamusse déclare qu’il comptait alors vingt-six ans d’expérience dans le secteur textile. Il avait notamment travaillé pour le groupe Espitalier Noël. Il s’est ensuite vu proposer le poste de directeur général de TIL. À la clef, un salaire mensuel de Rs 130 000 et bien d’autres avantages. Sa tâche consistait, en autres, à étendre les services du groupe TEX en Asie. Or, à l’époque, dit-il, Bernard Maigrot était sous le coup d’une interdiction de voyager. 

En juin 2008, soutient Yves Robert Lamusse, peu après que l’interdiction de voyager contre Bernard Maigrot, fut levée, celui-ci, a changé d’attitude envers lui. « Bernard Maigrot a commencé à imposer progressivement sa propre façon de gérer les business indiens, ce à quoi j’étais fortement en désaccord », soutient le plaignant. 

Par la suite, il dit avoir vu son rôle réduit au sein de l’entreprise. Il estime qu’il s’agissait d’une modification unilatérale de son contrat. Devant la cour, TIL a soulevé une objection sur la manière dont le plaignant est en train de plaider son affaire, notamment en évoquant des faits, non avérés dans sa plainte. Il est question de rupture de contrat, alors que le plaignant avait déclaré avoir été poussé vers la démission.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !