Live News

Il disait qu’il devait rejoindre sa femme : deux chauffeurs de taxi marqués à vie par leur client voleur

Louis Davy Merville Louis Davy Merville a avoué ses méfaits.

Fin de manège pour Louis Davy Merville, 36 ans. Ce skipper s’est fait épingler par la police criminelle de Goodlands le vendredi 3 mai. Il est l’auteur de deux vols avec violence. Le mode opératoire : il retenait les services de chauffeurs de taxi et prétendait emmener son épouse à l’hôpital puis, en route, il les agressait avec une paire de ciseaux et volait leurs effets. Deux chauffeurs ont été marqués après l’avoir croisé. Le suspect est passé aux aveux.

Les deux hommes ont subi des coupures à la tête et à d’autres parties du corps. Sa dernière victime est un habitant de Grand-Baie de 43 ans qui exerce comme chauffeur de « taxi marron ». Le 2 mai dernier, Mustapha reçoit un appel téléphonique. « Un homme m’a appelé pour me dire qu’il avait besoin d’être transporté de Grand-Gaube à Pointe-aux-Piments » relate la victime. Une demi-heure plus tard, le chauffeur arrive à Grand-Gaube pour récupérer ce client.

« En arrivant sur place, j’ai constaté que c’est un client auquel j’ai déjà eu affaire. Je connais ses proches qui ont l’habitude de voyager avec moi », explique le conducteur. En le voyant, cependant, la victime confie qu’il a d’abord hésité à le prendre. « Dans le passé j’ai effectué une course pour lui, mais il n’avait réglé qu’une partie la note. Mo entre deux le cœurs », poursuit-il.  Cependant, le client lui fait part que cette fois-ci, il a son argent et qu’il va le payer.

« Il m’a convaincu qu’il devait rejoindre Pointe-aux-Piments. Je lui ai dit que cela allait être Rs 700. Il a accepté ». La victime le prend dans la voiture. En route, le client lui fait part qu’il doit d’abord faire un détour dans le village de Plaine-des-Papayes, « il m’a dit qu’il doit récupérer son épouse ». Face à ce changement d’itinéraire, le chauffeur lui explique que cela lui coûtera plus. « Je lui ai dit que cette fois-ci il allait devoir payer Rs 900 au lieu de Rs 700. Il m’a assuré qu’il allait faire le paiement ».

Une paire de ciseaux en main

Sans se douter de rien, il emmène le passager à Plaine-des-Papayes. « Arrive Fond-du-Sac, li dire moi rentre dans enn chemin. Li dire mwa aller meme. Mo dire li lakaz fini la. Li dire mwa continier vire a gausse. Monn truv lakaz, mais li dire mwa aller meme. Arrive enn plass kot pena lakaz. Enn sel coup mo senti coma dire pe piker dans mo latete ». Le client à côté de lui l’agresse. « Il avait une paire de ciseaux en main et me frappait », se souvient-il. Le chauffeur, qui ne s’est pas encore arrêté, ôte sa ceinture de sécurité et ouvre la portière de la voiture en marche.

« Monn zet mo lecorps », nous dit-il. Le véhicule s’arrête un peu plus loin. Le malfrat sort de la voiture et se précipite vers lui. « Il a essayé de m’agresser encore avec les ciseaux. J’ai pu les lui arracher des mains. Il voulait de l’argent. Je lui ai dit qu’il y en avait dans la voiture. Il est parti vers la voiture ». Entre-temps, le chauffeur s’aperçoit qu’il perd du sang. « J’avais le tshirt maculé de sang. J’étais blessé à la tête », dit-il. Il se sauve et entre dans une cour pour demander de l’aide. « J’ai pu compter sur l’aide d’un habitant de la localité qui a alerté la police », se souvient-il. Le suspect repart avec une somme de Rs 17 900. «  Je devais acheter des pièces pour la voiture avec cet argent », dit-il. «  Mo ti kapav mort tou», lâche la victime.

Il reçoit les premiers soins à l’hôpital de Pamplemousses. Maintenant qu’il y repense, il regrette d’avoir pris ce client : « Si j’avais su que c’était lui, je n’aurais jamais pris cet appel ni effectué cette course ». La CID de Goodlands, menée par le SI Ramasawmy et l’inspecteur Gungah, dès le lendemain de ce vol avec avec violence est parvenue à mettre la main au collet du suspect. Il s’agit de Louis Davy Merville, un habitant de Grand-Gaube. Remis aux enquêteurs de la CID de Piton, le suspect avoue avoir volé le cellulaire du chauffeur mais pas son argent. Il reconnaît aussi son implication dans le vol sur un chauffeur de taxi commis le 22 avril dernier à Cap-Malheureux. Il avait usé du même mode opératoire en prétextant qu’il devait emmener son épouse à l’hôpital, mais c’est le chauffeur qui s’était retrouvé en soins hospitaliers après avoir été agressé au visage.

17 coups de ciseaux

Chandradutt est sa première victime. Le 22 avril dernier, cet habitant de Pamplemousses âgé de 67 ans se fait piéger de la même façon. « Trouve la mort en fass », lâche la victime. Ce jour-là, il recupère le client à Grand-Gaube. « Il m’a dit de l’emmener à Cap-Malheureux. Li dire moi ki so madam n’a pas bien  ki so ventre pe fer mal », relate la victime. Le chauffeur lui réclame Rs 700, cependant Louis Davy Merville lui dit qu’il n’a que Rs 600 en sa possession. « Monn dire li desane la meme si li pena cass. Li dire moi ki li pou ena Rs 700 », poursuit le chauffeur. Le client est sur le siège arrière de la voiture. Arrivés à Cap-Malheureux, ils empruntent une ruelle. « Il m’a dit qu’il s’était trompé d’adresse. Il m’a alors indiqué une route où il n’y a pas de maison. On s’est arrêté au bout. Il m’a montré un appartement et m’a dit que son épouse allait nous rejoindre ».

« J’ai subitement senti des piqûres à la tête. Lorsque je me suis retourné, il me donnait des coups avec une paire de ciseaux. Je me suis débattu. Il m’a atteint à la main, au bras, aux reins et a même failli m’arracher l’œil. Je me suis dit que j’allais mourir », se rappelle la victime.  « Je n’avais pas mis ma ceinture de sécurité, je me suis jeté hors de la voiture. Il en avait après mon argent », poursuit Chandradutt. « Il a pris des devises étrangères dans ma voiture et est reparti avec un total de Rs 39 000», lâche-t-il. Blessé, il est conduit à l’hôpital SSRN, Pamplemousses, où il passera quelques jours. À sa sortie, il se rend à la police de Grand-Baie et identifie Louis Davy Merville comme étant son agresseur. Celui-ci reconnaît les faits et demeure en cellule policière.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Food Donation