Live News

[Human Story] Aurélie ou la douloureuse histoire d’une fille de 14 ans, privée d’affection

Aurélie et sa mère. Aurélie et sa mère.

L’innocence dans son regard fait de la peine quand on connaît sa situation. Depuis six ans maintenant, elle vit dans un shelter. Elle a tenté de se suicider à plusieurs reprises. Vendredi, elle a fugué, ne supportant plus de vivre dans un centre. Elle a passé trois nuits dehors. Elle lance un appel aux autorités pour obtenir la permission de retourner vivre avec sa mère.

Une fille de 14 ans qui passe trois jours dehors sans aucune protection?

Aurélie, une ravissante jeune fille de 14 ans, souffre dans son for intérieur. Elle essaie de masquer cette tristesse en riant souvent, comme toutes les adolescentes de son âge, mais le pessimisme reprend vite le dessus.

Aurélie ne connaît pas son père. Elle ne l’a même jamais vu en photo. En ses 14 ans d’existence, il n’est jamais venu la voir. Pourtant, il est quelque part, mais il n’est pas intéressé à savoir comment elle est, comment elle va. En fait, il est parti quand sa mère était enceinte d’elle.
On imagine aisément que la jeune fille est instable. Comment peut-il en être autrement, quand depuis l’âge de huit ans, on l’a arrachée des bras de sa mère pour la placer dans un shelter ? Elle y est toujours. Qu’est-ce qui se passe dans la tête d’une fille privée d’affection maternelle et paternelle dont elle a tant besoin ?

Signes troublants

Aurélie entourée de sa mère et de sa tante.
Aurélie entourée de sa mère et de sa tante.

Depuis quelque temps, Aurélie montre d’inquiétants troubles de comportement. Des tendances suicidaires, selon des officiers de la Child Development Unit (CDU). C’est pourquoi elle suit actuellement un traitement à l’hôpital psychiatrique de Beau-Bassin. Un traitement que n’approuve pas sa mère. « Ma fille n’est pas folle. Je ne comprends pas pourquoi on la force à prendre certains comprimés », s’insurge Marie, 29 ans, qui habite à Port-Louis.

Au cours de la dernière année, Aurélie a avalé du parfum puis de l’eau de javel. Elle a été admise à l’hôpital Dr A. G. Jeetoo où elle a passé plusieurs jours. Pourquoi ces actes extrêmes ? « La première fois, j’ai bu de l’eau de javel parce que… », confie-t-elle. Elle a du mal à terminer sa phrase, visiblement gênée d’en dire plus.  Sa mère intervient pour expliquer qu’elle ne sait pas ce qui a motivé sa fille à agir ainsi. « Elle m’a seulement dit qu’on lui a demandé de ne pas m’en parler et que les responsables allaient m’expliquer plus tard pourquoi elle avait agi ainsi. Jusqu’à l’heure, je n’ai jamais eu d’explications. »

Elle ajoute que sa fille lui aurait confié qu’elle est, ou du moins a été, victime de maltraitance.  Elle a été ciblée parce qu’elle était la plus âgée des enfants vivant au shelter.

Le 25 janvier dernier, Aurélie a tenté une nouvelle fois de commettre l’irréparable en avalant cette fois du liquide lessive. « On m’a accusée d’avoir volé un billet de Rs 100 au shelter. Ne supportant pas cette accusation, j’ai avalé ce liquide », déclare-t-elle.

Tentative d’agression sexuelle

Au début, Aurélie a été placée dans un shelter où il y avait aussi des garçons. Quelque chose de grave s’est passé en 2017, un garçon a essayé de l’agresser sexuellement. Le cas a été soumis à la justice. « L’affaire n’est pas encore close », confie un officier de la CDU. Après cet incident, on a transféré Aurélie dans un autre shelter.

Elle fugue d’un shelter et passe trois nuits dans la rue

Le vendredi 3 mai dernier, Aurélie a fait une fugue. C’était la première fois. Elle a passé trois jours à l’extérieur du shelter sans que personne ne sache où elle était. Ce n’est que le lundi suivant qu’elle a téléphoné à sa mère pour dire qu’elle n’était pas retournée au shelter après l’école (elle est en Grade 9). « Elle m’a dit qu’elle était quelque part près d’un champ. Je suis allée la chercher là-bas. Personne au shelter ne m’a informée que ma fille n’est pas retournée après l’école. Vous vous en rendez compte ? Une fille de 14 ans qui passe trois jours dehors sans aucune protection ? Il aurait pu lui arriver quelque chose de grave », se lamente Marie. Elle ajoute que sa fille était sale, n’ayant pas pris un bain ni changé de vêtements pendant ces trois jours.

L’innocence dans le regard d’Aurélie vous pousse à la regarder tranquillement et être dubitatif sur son avenir. Mais une chose est certaine : la jeune fille ne veut pas retourner au shelter. D’ailleurs, le lundi 6 mai, les deux officiers de la CDU qui sont venus aux locaux de la rédaction (sa mère l’y avait amenée pour chercher conseil sur la démarche à suivre) ont eu beaucoup de mal à la convaincre de rentrer au shelter. Aurélie a pleuré à chaudes larmes pendant presque une heure, insistant pour retourner auprès de sa mère.

Qu’est-ce qui l’empêche justement de retourner chez sa mère ? Tout d’abord, il faut revenir sur les raisons qui ont poussé la CDU à prendre en charge Aurélie et la placer dans un shelter. « C’était suite aux protestations des voisins qui ont appelé cette instance pour rapporter qu’elle n’allait pas à l’école », répond Marie. Plus tard, elle a bien voulu ramener sa fille chez elle et l’affaire a même été portée au tribunal.

« La CDU a objecté parce que chez moi, toutes les conditions n’étaient pas réunies pour qu’Aurélie revienne à la maison », concède-t-elle. Comme nous l’ont expliqué les officiers de la CDU, il fallait qu’elle ait une chambre à elle. Aurélie ne pouvait pas dormir dans la même chambre que sa mère et son beau-père, même s’il y avait deux lits et que l’autorité n’a rien eu à reprocher au beau-père. Marie insiste sur le fait qu’elle a fait le nécessaire maintenant. « J’ai aménagé une chambre pour elle et j’ai acheté un lit », déclare Marie qui travaille dans une usine et dont le concubin est maçon.

Ce manque d’affection paternelle et maternelle a-t-il forgé le caractère de la fille de Marie ? Sans nul doute. « Aurélie a un petit problème avec l’autorité. Au début, nous l’avons placée dans le shelter en compagnie de ses deux demi-frères. Elle était bien à l’époque. C’est ensuite qu’on a commencé à avoir des problèmes avec elle », confie un officier de la CDU. En fait, il semble que les huit longues années qu’elle a passées dans les shelters n’ont pas servi à son intégration.

Les parents doivent prendre conscience qu’il est important de tout faire pour garder leur enfant, surtout quand il s’agit d’adolescent, à leurs côtés. Marie a retenu la leçon. Maintenant, nous espérons qu’elle retrouve rapidement sa chère fille.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !