Live News

Horse Pro accueille sa première naissance

L’événement était de taille pour la petite équipe de Horse Pro Ltd. La compagnie de spectacles animaliers et équestres, située à Belle-Mare, a accueilli la naissance de son premier poulain, le 9 novembre dernier. La première d’une série.

Noemie Barragan est aux anges. La directrice de Horse Pro Ltd a accueilli une première naissance parmi ses chevaux. C’est le début d’une série. Malakai est né dans les écuries qu’occupe la compagnie à Belle-Mare, le 9 novembre, à 17 h 28 tapantes, précise-t-elle.

« C’est un petit garçon. La maman est une super jument de saut très douce et le papa est un étalon ‘paint Horse PP’ américain qui est un cheval que nous utilisons, entre autres, pour le cinéma, des shows, le saut d’obstacles et le western », dit-elle. Trois autres naissances de poulains sont prévues pour l’année prochaine, annonce Noemie Barragan avec bonheur.

Lorsque Le Dimanche/L’Hebdo s’est rendu sur place, il y a quelques jours, c’était la toute première sortie de Malakai. Après quelques hésitations pour sortir du box où il réside avec sa maman, et quelques encouragements de l’équipe, les premiers pas sous le soleil ont été hésitants. Il n’a cependant pas fallu plus de quelques secondes pour que le poulain se mette à explorer l’espace avec confiance… sans que maman soit trop loin. Car la confiance en soi, quand on se retrouve pour la première fois à l’air libre, à quand même quelques limites.

La compagnie, qui s’est spécialisée dans les spectacles animaliers, tournages de film, passages de niveaux équestres FFE, balades à cheval, cours de spectacles équestres et fauconnerie, entre autres, passe donc à un autre niveau avec la naissance de chevaux. À la question de savoir si se lancer dans l’élevage de chevaux est une option, Noemie Barragan répond simplement : « On aura trois naissances l’année prochaine. »

Respect strict des animaux

Active depuis 2016, l’entreprise compte aujourd’hui une trentaine d’animaux sur le site qui fait une superficie de six arpents. L’accent est mis sur un traitement différent des animaux. Beaucoup de compassion, beaucoup d’empathie et beaucoup de respect ; ici les droits des animaux sont appliqués dans toute leur rigueur. D’ailleurs, Noemie Barragan est connue pour avoir recueilli beaucoup d’animaux qui ont soit été abandonnés soit maltraités.

Certains se souviendront encore du chien qu’elle a baptisé Dodo. Brûlé au troisième degré sur plusieurs parties du corps par une personne malintentionnée, le chien avait été recueilli au tout début de 2019. Quatre ans plus tard, celui-ci se porte à merveille et se balade librement sur le domaine. Idem pour Sekhmet, le dromadaire, qui a aussi été recueilli en 2019 et qui a été apprivoisé.

Actuellement, Horse Pro est unique dans son domaine par la gamme de services qu’elle offre. Y a-t-il vraiment un potentiel à Maurice pour ce genre d’activités ? La réponse est oui.

Noemie Barragan fait aussi ressortir les bienfaits des animaux sur les enfants. L’équitation est un sport très recommandé pour leur épanouissement. « L’équitation est un sport à part entière très apprécié des enfants. Ces derniers aiment souvent être au contact de l’animal et apprécient l’activité en plein air. L’équitation présente d’autres vertus pour les enfants. Elle permet de développer la motricité et l’équilibre de l’enfant. À condition d’avoir une bonne posture – les moniteurs sont là pour les corriger – nos petits jockeys en herbe renforceront leurs muscles dorsaux et leurs lombaires et acquerront un maintien bien droit », fait savoir la trentenaire. 

D’autre part, elle ajoute que l’équitation aide au développement de l’autonomie. « Très vite, on apprend à l’enfant à ‘commander’ son poney plutôt que de se laisser mener. Il va donc acquérir une confiance en lui en apprenant à maîtriser ses émotions et en devenant également maître de son poney. C’est lui qui dirige, qui a littéralement ‘les rênes en mains’. »

Le cheval étant plus puissant que l’homme, « on enseigne à l’enfant à ne pas faire usage de la force mais à faire respecter son autorité en douceur par sa monture et à communiquer avec son ami à fourrure. Son tempérament va donc devenir plus calme, son caractère va s’affirmer. Les enfants les plus énergiques sont canalisés », souligne Noemie Barragan.

Développer la confiance en soi

Outre le développement de la confiance en soi, il s’agit de montrer à l’enfant que les autres peuvent aussi lui faire confiance. « Sa monture va lui demander beaucoup de soins, aussi bien avant qu’après avoir été montée, ce qui va responsabiliser l’enfant. Seller et desseller le poney, poser et enlever le licol, curer et graisser les sabots... En rangeant soigneusement le matériel à sa place et en soignant son cheval consciencieusement, l’enfant va intégrer ce rituel et peut ensuite appliquer cette gestuelle méticuleuse à ses propres affaires et dans sa vie quotidienne en général. En prenant soin de son poney, une relation de complicité, d’affection et de respect va s’installer », avance la directrice de Horse Pro Ltd.

Et de préciser que « comme avec un chat ou un chien, l’enfant peut très vite nouer une vraie relation de confiance avec son poney, ce qui peut aussi l’aider à combler un manque affectif, à extérioriser certaines choses et à se sentir mieux ». En résumé, l’enfant peut développer des capacités aussi bien physiques que psychiques.

Les mentalités évoluent, mais…

L’autre conscience à développer est environnementale. « En participant à la vie de l’écurie au milieu de la faune et de la flore, l’enfant apprend aussi à préserver l’environnement. »

Forte de ses sept ans à Maurice, Noemie Barragan constate que les mentalités évoluent. Les Mauriciens sont devenus plus sensibles à la cause animale. « J’ai énormément de témoignages de mes ‘followers’ et de leurs petits protégés et j’en suis heureuse. » Donc oui, il y a eu du progrès et c’est positif, mais « pas suffisamment à mon goût ! ». Il y a donc encore un travail de sensibilisation à faire.

« Tout animal, étant un être sensible, doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce. Il faut continuer à combattre les abandons d’animaux domestiques. » La jeune femme plaide pour que « les futurs primo-propriétaires d’un animal domestique signent un ‘certificat d’engagement et de connaissance’ plusieurs jours avant l’acquisition de l’animal ».

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !