Live News

Homme d’affaires controversé : Glen Agliotti plonge le PMO dans une situation délicate

Il existe trois scénarios possibles concernant Glen Agliotti et le PMO tranchera bientôt.

Il y a comme un malaise au bureau du Premier ministre (PMO) depuis mardi. L’Opposition a soulevé une question adressée au Premier ministre concernant un homme d’affaires controversé, d’origine sud-africaine, qui vit à Maurice avec son épouse depuis début 2018. Les autorités locales ont noté que le ressortissant étranger détient un passé de « trafiquant » lorsqu’il a entamé des démarches pour l’octroi d’un ‘resident permit’. Le PMO est confronté à un dilemme : le rapatriement du couple, celui du Sud-Africain ou sa mise sous surveillance.

Glen Norbert Agliotti, aussi connu comme Glen Agliotti, souhaitait obtenir un statut de résident à Maurice, mais il semblerait que le rêve de l’homme d’affaires sud-africain ne se concrétisera pas. En mars 2018, lorsqu’il fait sa demande pour un ‘resident permit’ auprès des services de l’immigration (PIO), aucun fonctionnaire ne se doute qu’il est un personnage controversé. Les recherches sur la base de données d’Interpol n’auraient, selon des renseignements, rien donné en ce sens. Ce n’est qu’en août que le PIO apprend, par le biais de la presse étrangère et de l’Economic Development Board (EDB), que l’homme d’affaires est mêlé dans plusieurs délits survenus à l’étranger. 

Interpol, une fois de plus sollicité, confirme l’implication du ressortissant étranger. Le ministère des Affaires étrangères est averti et la demande de ‘resident permit’ de Glen Agliotti est suspendue. 

Pour rappel, ce dernier vit à Maurice, car il est le ‘dependent’ de son épouse qui détient, elle, un ‘occupational permit’ délivré par le Passport and Immigration Office (PIO) et l’Economic Development Board (EDB). Elle possède aussi un ‘resident permit’ du fait qu’elle fait des investissements à Maurice. 

Le Défi Plus est en présence de coupures de presse démontrant « l’implication » du ressortissant étranger dans plusieurs affaires. Dans sa réponse à l’Assemblée nationale, le mardi 16 juillet dernier et suite à une question du député du PMSD, Adrien Duval, le PM a répondu que Glen Agliotti a été arrêté en 2006 pour une affaire de drogue et qu’il a été poursuivi en 2007. Selon des journaux étrangers, il a même été l’auteur d’un délit de meurtre. Dans sa réponse au Parlement, le PM a fait ressortir que « ce sont des allégations sérieuses ». 

Situation délicate

Ainsi, le PMO se retrouve devant une situation pour le moins inconfortable. Deux scénarios s’offrent à Pravind Jugnauth : le rapatriement du couple Agliotti ou la mise sous surveillance de l’époux. « La décision finale revient au PMO », précise-t-on au PIO. Un haut gradé explique : « Le PMO peut annuler l’‘occupational permit’ de l’épouse et son permis de résidence sera immédiatement déclaré invalide du fait qu’elle sera ‘deregistered’ comme investisseur auprès de l’EDB. Les Agliotti n’auront donc aucun statut sur le sol mauricien et ils devraient, conformément aux lois de l’immigration, être rapatriés. »

Notre source ajoute : « Le deuxième scénario, c’est que le PMO pourrait enclencher des mesures visant à isoler Glen Agliotti de son épouse pour ensuite « surveiller » ses faits et gestes sur le sol mauricien. Dans la pratique, les autorités doivent surveiller les fréquentations de Glen Agliotti et s’assurer qu’il ne soit pas « trempé » dans des activités louches chez nous, étant donné son passé controversé. S’il désire travailler ou investir à Maurice, il devra se plier aux exigences des autorités, soit détenir un work permit pour des revenus de moins de Rs 50 000 et un occupational permit pour des revenus de plus de Rs 50 000. » Troisième scénario : l’annulation du ‘resident permit’ de Glen Agliotti par les autorités avant d’enclencher les procédures de rapatriement. « Cette mesure, qui est plutôt dure, pourrait ne pas être envisagée, car il en va de la séparation des conjoints », précise notre source.

Quel serait le scénario le plus raisonnable ? « Le PIO, en vertu de la loi, doit d’abord analyser la gravité de l’offense perpétrée par Glen Agliotti. Un rapport détaillé, contenant des recommandations, doit ensuite être remis au PMO pour la marche à suivre, dit le haut gradé. Si l’enquête démontre que Glen Agliotti était un trafiquant de drogue à l’étranger, il doit impérativement être rapatrié. S’il n’était qu’un consommateur, il peut rester à Maurice, mais ses mouvements doivent être surveillés. » 

«Pas enregistré comme investisseur»

L’Economic Development Board (EDB) a été sollicité pour des précisions sur le dossier de Glen Agliotti. Mais des cadres de l’organisme ont fait comprendre qu’ils ne sont pas en mesure de donner des détails par rapport au dossier du ressortissant étranger et de son épouse. « Veuillez vous référer à la réponse parlementaire du PM. Tout ce qu’on peut vous dire c’est que Glen Agliotti ne détient pas d’‘occupational permit’ à ce jour. Ce qui fait qu’il n’est pas enregistré comme investisseur à Maurice, contrairement à son épouse qui possède un occupational permit » Le PMO a été sollicité à maintes reprises au téléphone par Le Défi Plus pour une réaction. Sans succès ! 
 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • A loan with perspective