Faits Divers

Homicide involontaire par imprudence : un directeur de compagnie jugé coupable 

Mitchell Fei Shing Li Pak Shong, un directeur de compagnie, âgé de 36 ans, a été jugé coupable, devant la Cour intermédiaire, d’homicide involontaire par imprudence. Il avait mortellement percuté deux personnes, alors qu’il était au volant de sa Porsche, le 15 juillet 2012, à Calebasses. Une audience dans cette affaire est prévue ce mercredi 19 février pour fixer la date pour les plaidoiries.

Mitchell Fei Shing Li Pak Shong avait plaidé non-coupable. Il était défendu par Me Gilbert Ithier, Senior Counsel. La poursuite était assurée par Me Abdool Raheem Tajoodeen, Senior State Counsel, assisté par Me Mohammad Ilfaaz Nathire, State Counsel. 
Le 15 juillet 2012 à Calebasses, ce directeur de compagnie avait percuté plusieurs personnes, dont Yan Vallet, 30 ans, et Lillowtee Sukai, 66 ans, après avoir perdu le contrôle de sa Porsche. 

Dans son jugement, le magistrat Raj Seebaluck note que la police a mené une enquête minutieuse, à la suite de cet accident fatal. Tout commence quand un 4×4 fait plusieurs tonneaux et se retrouve sur le côté de la route à Calebasses. Alertés par le bruit, des habitants accourent pour porter secours aux occupants du tout-terrain. Au même moment, l’accusé arrive à grande vitesse au volant de sa Porsche. Il était alors aux alentours de 6 heures. La Porsche venait de la région Nord et se dirigeait vers la capitale. Et le drame se produit. Le directeur de compagnie heurte de plein fouet la foule qui était massée sur la route. 

Yan Vallet est tué sur le coup alors que Lillowtee Sukai rendra l’âme quelques jours après l’accident. Yan Vallet était venu porter secours à ses amis en difficulté dans leur tout-terrain. L’autopsie a attribué sa mort à un choc dû à ses multiples blessures. Lillowtee Sukai est morte après hémorragie crânienne. 

Alcootest

Le tribunal a pris en compte les témoignages des différents témoins oculaires de l’accident. Ces derniers ont indiqué que l’accusé roulait à grande vitesse. La cour a aussi noté que le directeur de compagnie avait déclaré, dans ses dépositions, que son ami et lui avaient fait la tournée des discothèques jusqu’au petit matin le 15 juillet 2012. De ce fait, il n’avait pas dormi. Et selon le médecin qui l’a examiné à son arrivée à l’hôpital du Nord après l’accident, il était sous l’influence de l’alcool. 

Le comble, selon le magistrat Raj Seebaluck, l’accusé et son ami ont quitté l’hôpital avec l’aide de leurs proches, contre l’avis médical. L’accusé a ensuite été admis dans une clinique. Et la police n’avait pas pu effectuer un Alcootest, car elle avait été informée que l’accusé subissait un CT Scan. Ce n’est que tard dans la journée du 15 juillet 2012 qu’un échantillon de sang avait pu être prélevé. 

D’autre part, le tribunal a pris note du témoignage d’un préposé du Forensic Science Laboratory qui avait examiné l’échantillon de sang de l’accusé. Il a relevé 11 mg d’alcool dans 100 ml de sang. Selon lui, huit heures s’étaient écoulées entre l’accident et l’examen de l’échantillon de sang. Et selon ses calculs d’expert, l’accusé avait un niveau d’alcool de 131 ml ans 100 ml de sang au moment de l’accident. De ce fait, le tribunal est d’avis que tous ces facteurs démontrent à l’imprudence de l’accusé, qui a causé la mort de deux personnes. 

De plus, le tribunal fait ressortir qu’il est évident que l’accusé roulait à grande vitesse, le jour de l’accident, vu que la voiture a été déclarée perte totale dans un rapport du Mechanical Engineer du ministère des Infrastructures publiques.

  • Coronavirus

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !