Faits Divers

Homicide involontaire par imprudence : Ruling sur une motion de Thierry Henry le 12 novembre 

L’ex-PPS est poursuivi pour homicide involontaire.

Le procès intenté à l’ex-Parliamentary Private Secretary (PPS), Thierry Henry, pour homicide involontaire s’est poursuivi en cour intermédiaire, vendredi devant le magistrat Sacheen Boodhoo. La séance était marquée par les débats entourant la motion de la défense. Celle-ci avait réclamé que l’identité d’un informateur soit révélée, car ce dernier avait donné des informations cruciales au surintendant Gunga. 

Lors de sa déposition en cour, le surintendant Gunga avait affirmé avoir reçu des informations que c’était Thierry Henry qui était au volant et non son épouse. Il a ainsi donné des instructions pour qu’un alcootest soit effectué sur l’ex-PPS. Interrogé sur la provenance de ce renseignement, le surintendant a répondu qu’il ne pourra pas révéler sa source, ni l’identité de son informateur. La défense a alors demandé que la poursuite prenne position sur ce privilège réclamé par ce témoin.  

A l’appel du procès vendredi, l’avocate de la poursuite, Rehnu Gowry-Bhuruth, a déclaré que « any information revealed by an informer is privileged information ». Me Hervé Duval Jr, Senior Counsel, a soutenu que, si cette information est cruciale pour la poursuite, elle l’est d’autant plus pour la défense pour qu’elle puisse tester sa véracité. Il a avancé que la police n’a pas de motif raisonnable pour effectuer un « breath test ». 

Me Rehnu Gowry-Bhuruth a, quant à elle, soutenu que la question de révéler l’identité de l’informateur ne se pose pas, car l’ex-PPS avait lui-même admis dans sa déposition à la police qu’il était au volant. Après avoir écouté les arguments des deux parties, le magistrat Sacheen Boodhoo a affirmé qu’il fera connaître sa décision le 12 novembre 2018. 

Le député Thierry Henry est poursuivi sous cinq accusations. Notamment pour homicide involontaire par imprudence, refus de se soumettre à un alcootest, refus de remettre un échantillon de son sang pour analyse, conduite en état d'ivresse et entrave à une enquête policière. Il a plaidé non coupable.