People

Hilda Armansin : l’incroyable histoire d’une  mère  courage  

Hilda (centre)en compagnie des membres de La Croix rouge française.

Hilda Armansin est un exemple vivant de ces femmes qui refusent  la  fatalité. Elle ne baisse jamais les bras face aux épreuves  de  la  vie. Son motto : toujours avancer.

Son  histoire  mérite  d’être  contée  afin  de  prouver  aux  seniors  que  l’âge  n’est   finalement qu’un chiffre. Il n'y a pas d'âge pour servir et aider son prochain . Et ce n'est pas Hilda qui nous contredira.

Hilda   est  née   le  24  mai  1938  à  Curepipe… elle  vient  de  souffler  ses  81  bougies. Contrairement aux  retraités qui préfèrent se la couler douce,  elle continue à servir  et  à  aller  aux  quatre  coins  de l’île  pour donner  un  peu  de  réconfort  aux  démunis.

Hilda en pèlerinage à Lourdes, France.
Hilda en pèlerinage à Lourdes, France.

Après  ses études  primaires  à l’école du St Esprit  à  Eau-Coulée,   elle  fréquente le  collège  Toolsy.  Coïncidence. C’est  lors  de  la  visite  de  la  Princesse  Margaret  qu’elle  fait son  entrée  dans  le  monde  du  travail à  l’Hôpital  Civil  comme  Trainee  Nurse.  Par la suite, les  exigences  du  métier  l’envoient  tour  à  tour  à  Candos,  Souillac,   et  aux  dispensaires  de  Rose-Hill  et  Curepipe.   Elle  gravit  les  échelons et est promue Nurse  in  charge  à  Vacoas et Candos, puis Nursing supervisor à  Rose-Belle  et  enfin District  Nurse. Cette dernière tâche va l'amener à visiter  des  malades  incapables  de  se  déplacer. C’est  ainsi  que  chez  l’un  de  ses  patients,  elle  découvre une  ravanne  et devint  une  passionnée  de  cet  instrument… à  l’apogée  de  sa  carrière, elle  est  nommée  Nursing  Administrator à l’hôpital du  Nord.

Malheureusement,  elle   doit  prendre  sa  retraite  à  55  ans, à cause de la  maladie  de  sa  mère.

Elle  ne  reste  pas  à  la  maison  pour  autant, car très  vite, elle intégre la Croix-Rouge  où  elle  officie  comme  secrétaire  nationale  au  quartier  général. Elle  suit  aussi  des  cours  à  la  Croix-Rouge  de  Canada  et  de France, sur  le  Disaster   management.  Visiter et aider les défavorisés  devient son quotidien.

Elle  suit aussi  des  cours  de  management  aux  Seychelles  et à  Rodrigues ainsi qu’au Togo et à Bangui,  sous  l’égide  de  l’UNICEF.

Bien  quelle  cessa  d’occuper  ce  poste il y a  quelques  années,  elle  est resté un membre  actif  de  la  Croix-Rouge  et  participe  régulièrement  aux  oeuvres  de  bienfaisance  et  aux  visites  de  distribution  de  vivres  et  de  vêtements.  Elle   était  aussi  très  active  à  Cité  Anoska  et  La  Pipe.

Hilda en compagnie de ses amies du club Hibiscus à Flic-en-Flac.
Hilda en compagnie de ses amies du club Hibiscus à Flic-en-Flac.

Elle  est  aussi  la  vice-présidente  du  Club  des  seniors  St  Clément  de  Curepipe  et  emmène  chaque  semaine  ses  amies  du  Club  Hibiscus  à  Flic-en -Flac  pour  des  séances  de  natation.

Dans  sa  jeunesse, elle était  une  adepte  de  volleyball,  danse  classique, tae  kwon  do,  judo,  yoga,  line  dancing  et course  à  pied.

Actuellement  elle  suit  des  cours  de  laughing  therapy  et  organise  des  sorties  régulières  pour  les  seniors. Cette  semaine, elle  emmenera  sa  troupe  au  centre  récréatif  de  Pointe-aux-Piments. Après  les  visites  à  Casela  et  au  Parlement  en  passant  par  les  usines  manufacturières, son  calendrier  est très  chargé.

Hilda   est  aussi   partie  aider  les  sœurs  Carmélites  à  Madagascar,  qui  font un  travail  formidable en  faveur  des  enfants  pauvres  et  abandonnés.

Hilda  ne  fait  jamais  la  distinction  entre  les  gens  qu’elle  visite. « Mem kan mo  rentre  dan  enn  lakaz  masone  de  bouz  de  vache, lontan mo  ti   fer  mwa  enn  devwar  mo  tir  mo  soulie  par  respe », dit-elle.
Les  épreuves, pourtant  elle  les  aura  connues… la  perte  de  ses  deux  enfants en  l’espace  de  trois  ans, dont  sa fille  Patricia  alitée  pendant  cinq  ans.  Elle s’occupa  de  sa  fille  en  lui  prodiguant  ses  soins  mais  le  destin  en décida  autrement.

Hilda n'a jamais caché son amour pour les enfants.
Hilda n'a jamais caché son amour pour les enfants.

Même  si  elle  doit  s’occuper  maintenant  de  son  mari  malade, Ronald, elle  trouve  du  temps  pour  les  autres bien qu’elle soit elle-même cardiaque.
Sa force, elle la  puise  de  sa  foi   en  Dieu… et  son  amour  infini  pour  ses  semblables.

« Kifer  mo  bizin  plainie I  think  always  positive, mo  dire  mo  mem ki  ena  pir  ailleurs, mo  ena  enn  lakaz, mo  manz  a  mo  faim  et ena  pena  nanie. »

Et  malgré tout, elle  trouve le temps  pour  « pik enn bon sega »    lors  des  sorties  en  groupe  ou  écouter  les  émissions  oldies  de Radio Plus  dont  elle  est  une  fan.

Elle se dit fière et heureuse de pouvoir encore venir en aide aux démunis de notre société.  « Tant  que  Dieu  me  donne  la force  et  le  courage, je serai  toujours  là  pour  aider  les  gens. Et  pourquoi  pas  fêter  mes  cent  ans  en  compagnie  des  pauvres ? »
Sacrée Hilda !

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !