Actualités

Highlands City : les grands axes du projet

Le projet de Higlands City revient au premier plan avec la récente création de Landscope Mauritius, résultant de la fusion de plusieurs compagnies d’État qui géraient le patrimoine foncier. Les premiers coups de pioches seront donnés l’an prochain.

Rs 400 millions. C’est le montant que Landscope Mauritius injectera dans les premiers travaux d’infrastructures de la nouvelle Higlands City. Il s’agit de travaux routiers, électriques et de connexion au réseau de la Central Water Authority (CWA). Des pourparlers ont été entamés avec les responsables de la Road DevelopmentAuthority (RDA), du Central ElectricityBoard (CEB) et de la CWA en ce sens.

La première phase du projet s’étendra sur 250 arpents et comprendra des espaces résidentiels et commerciaux. Des provisions seront faites pour y accueillir des immeubles gouvernementaux. « Un site sera identifié pour abriter un nouveau Parlement. Certes, c’est un projet à long terme, mais nous nous préparons à cette éventualité », ajoute notre source.

Académie de la force policière

Avec la création de cette ville nouvelle est prévue la construction d’une académie de la force policière pour abriter 90 % des unités logées aux Casernes centrales. Ce projet recevra le soutien financier de la Grande péninsule et s’étendra sur 25 arpents.

La situation géographique du Bagatelle Dam a été également considérée. Après que ce barrage a, dans un premier temps, porté préjudice à la viabilité du défunt Heritage City, les responsables de Landscope Mauritius soutiennent que Highlands City sera conçue au-dessus du niveau du Bagatelle Dam. « En concevant le projet de cette manière, nous éviterons qu’il soit menacé en cas d’effondrement du barrage. De plus, nous proposerons une belle vue sur toute l’étendue d’eau du Bagatelle Dam. Ce sera en quelque sorte un ‘waterfront », indique-t-on.

« Nous savons que Highlands City sera mixte et intégrera toutes les composantes des « véritables villes : logement, activités économiques, loisirs, sport, équipements publics, nouvelles technologies de communication », explique une source chez Landscope Mauritius.

« Il ne s’agit pas de concevoir un quartier-dortoir ou un quartier d’affaires de plus. Pour créer une ville vivante, l’offre résidentielle sera d’abord complétée par une activité économique générée par  la décentralisation de certains services administratifs. Une composante loisir trouvera naturellement sa place sur le plan d’eau. »

Une étude sera commanditée par le ministère des Finances pour déterminer si Landscope Mauritius pourra investir dans la vente et location de bâtiments à travers ce projet Highlands City. Plusieurs écoles de pensée s’affrontent, d’aucuns soutenant qu’une telle activité devrait être confiée uniquement au secteur privé.

  • Coronavirus

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !