Faits Divers

Hemraz Nohur meurt carbonisé dans sa voiture : le rapport du FSL déterminant pour la suite de l’enquête

Hemraz Nohur Les circonstances de cet accident mortel demeurent encore floues.

Deux jours après le drame qui a coûté la vie à Hemraz Nohur, 36 ans, pris au piège dans sa Mercedes en flammes sur l’autoroute à Mare-d’Albert, le mystère reste entier sur l’origine de ces flammes.

Plusieurs équipes d’enquêteurs travaillent sur ce dossier afin de mettre en lumière ce qui s’est passé. À ce stade, la piste qui demeure la plus plausible serait une défaillance technique. La tâche ne s’annonce guère aisée, car la voiture de ce jeune directeur de la banque de la SBM de Mahébourg a été complètement calcinée. Le rapport du Forensic Science Laboratory (FSL) est déterminant pour la suite de cette enquête.

Malgré les vidéos qui circulent sur les réseaux sociaux et la présence de témoins au moment de cette tragédie, pour le moment personne ne s’est présenté à la police pour relater les derniers moments de la victime.

Situation que déplore l’assistant-commissaire de police Ramsurrun, Divisional Commander de la région Sud. « Il y a beaucoup de gens qui disent avoir voulu aider la victime en voyant la voiture en flammes. Mais jusqu’à présent nul ne s’est présenté à la police. Je lance un appel à ces témoins de venir nous voir pour apporter des éclaircissements sur ce qui s’est passé », lâche ce haut gradé de la police.

Hemraz Nohur, était le directeur de la banque de la SBM de Mahébourg.
Hemraz Nohur, était le directeur de la banque de la SBM de Mahébourg.

La voiture a déjà été examinée par les éléments du FSL et ceux de la Fire Investigation Team. Leur rapport est jugé déterminant pour la suite de cette enquête. Les enquêteurs tentent de retracer également l’historique de la voiture. Les proches de la victime, encore sous le choc, seront entendus dans les jours à venir.

Au départ de l’incendie, le banquier n’a pu s’extirper de la voiture. A-t-il utilisé l’extincteur ? Si les portes ont été verrouillées automatiquement, pourquoi n’a-t-il pu enlever les verrous manuellement pour sortir ? Ou briser les vitres de l’intérieur ? Pourquoi avoir accéléré ?  Autant de questions qui restent en suspens dans cette affaire. Ce qui est certain, c’est que le trentenaire est resté prisonnier de sa propre voiture. Le véhicule en flammes a roulé sur plusieurs mètres avant de finir sa course contre un poids lourd en stationnement. Un automobiliste venant dans la direction opposée a filmé cette scène inattendue.

Ceux ayant tenté d’aider le chauffeur pour sortir de ce brasier n’ont rien pu faire face au violent incendie.  « Il a voulu arrêter la voiture, mais il n’y est pas parvenu. Nous avons essayé d’éteindre le feu avec un extincteur, mais le chauffeur  était déjà mort », indique un homme qui a filmé la scène et l’a postée sur les réseaux sociaux. L’autopsie, pratiquée par le Dr Sudesh Kumar Gungadin, chef du service médicolégal, a attribué la mort du chauffeur à l’asphyxie due à l’inhalation de la fumée.

« Privilégier le service d’entretien »

Même si les causes de cet incendie de voiture n’ont pas encore été établies, il existe plusieurs éléments qui peuvent expliquer qu’un feu peut se déclencher dans un véhicule. Hemant Gunnasya, Divisional Officer au Mauritius Fire and Rescue Service, évoque deux points importants. « Il y a d’abord des voitures qui ont recours à des modifications. Dans de tels cas, il faut s’assurer que ces modifications soient faites selon les normes, surtout en ce qu’il s’agit du raccordement des fils électriques, au cas contraire, il existe des risques de courts-circuits. Ensuite, il y a le service d’entretien du véhicule qu’il faut privilégier pour éviter des défaillances », précise-t-il. L’officier rappelle qu’il est également important que la voiture soit examinée par des personnes compétentes et qualifiées avant de prendre la route, après avoir subi des modifications.

Plus d’un demi-million de Mercedes rappelées il y a deux ans

En 2017, Mercedes avait effectué une campagne de rappel massif à travers le monde concernant plus d’un demi-million de voitures. Ces rappels concernaient la Classe A, B, C E, des CLA, dont 150 000 en Allemagne et plus de 300 000 aux États-Unis. Selon le site Auto Plus, la voiture de construction allemande faisait, à l’époque, face à un problème potentiel de surchauffe au démarrage.

Aucun lien avec le rappel de Mercedes en Australie

Mercedes a rappelé la Classe B 2018 et la CLA. Cette annonce est survenue le 30 janvier dernier, selon Car Advice. Selon le site, c’est un problème lié à un capteur empêchant l’air-bag de se déclencher qui en serait la cause. Le concessionnaire de Mercedes à Maurice souligne qu’il n’y a aucun rapport entre l’incendie mortel et ce rappel du fabricant. Dans un communiqué, le concessionnaire de la marque CFAO Motors, importateur de Mercedes, précise que « CFAO Motors a pris connaissance de l’accident en date du 30 janvier 2019 qui a eu lieu sur l’autoroute en direction du Sud de l’île. Étant donné que les circonstances de l’accident n’ont pas été officiellement établies, nous ne pouvons émettre de commentaires ou d’explications à ce stade », fait ressortir la direction.