Economie

Hassen Taher Seafoods : quatre générations de succès

Hassen Taher Seafoods Hassen Khan Taher (CEO), Feroz Khan Taher (Executive Director), Bahim Khan Taher (Executive Director) et feu Hajee Aboo Bakar Khan Taher.

L’histoire et les sacrifices de sa famille pour monter l’entreprise familiale sont gravés dans sa mémoire. Pour Bahim Khan Taher, Executive Director de Hassen Taher Seafoods, c’est plus qu’un honneur que de reprendre le flambeau de la dynastie. C’est en 1992 qu’il a intégré la compagnie qui prévoyait à l’époque d’ouvrir une seconde usine. « Nous ne sommes pas nés avec une cuillère d’argent dans la bouche. Ma famille a travaillé dur. Intégrer l’entreprise familiale était mon plus grand vœu. Je voulais suivre les traces de mon père et apporter ma touche personnelle », explique-t-il.

Et il est loin d’être le seul car il sera rejoint quelques années plus tard par son frère Feroz Khan Taher. Ils ont tous deux des tâches bien définies au sein de la compagnie. S’ils s’occupent conjointement de l’administration, Feroz Khan est plus orienté vers le département pêche alors que Bahim Khan est plus tourné vers l’importation. « Nous sommes un vrai binôme. Nous travaillons en équipe pour moderniser et diversifier la compagnie. Notre père reste, toutefois, le pivot de l’entreprise. D’ailleurs, il vient d’être nommé CSK. Ce qui prouve la contribution de Hassen Taher Seafoods dans le développement de la pêche à Maurice », indique Bahim Khan qui travaille sous la supervision et les conseils de son père.

Les Taher croient dans l’effort et le dur labeur. « Sans effort, il n’y a pas de développement. Comme toute entreprise, on a connu des hauts et des bas. Il a fallu se battre pour surmonter ces moments difficiles et trouver des solutions », fait-il ressortir. Pour Bahim Khan, le succès de la compagnie repose sur cinq piliers : la persévérance, la sincérité, le maintien de la qualité, le travail d’équipe et l’écoute du client.

Souhaite-t-il passer le flambeau à la cinquième génération ? « Nous n’avons à ce jour pas encore abordé le sujet avec nos enfants qui sont encore au collège. L’avenir nous dira s’ils souhaiteront intégrer l’entreprise. Quoiqu’il en soit, j’aimerai que l’entreprise continue de fleurir et à servir même quand nous ne serions plus là ! », conclut-il.

Hassen Taher, CSK : « Je suis fier de mes deux fils »

Hassen Khan Taher est « très fier et content » que ses deux fils ont apporté « leur touche positive et favorable pour l’évolution, l’expansion et la modernisation de la compagnie ». « C’est très important de suivre la tendance mondiale au niveau du développement de la pêche et la diversification du secteur seafood, et de conserver notre leadership au niveau du marché local, régional et international. Je suis là pour les guider vers le bon port tout en m’assurant qu’ils ont les pieds bien sur terre », avance Hassen Khan Taher. Pour le CEO du groupe, la compagnie est devenue ce qu’elle est aujourd’hui grâce au travail d’équipe et au soutien de la famille et de tous les employés.


Fiche technique de l’entreprise

L’année d’incorporation : 1990. Toutefois, les Taher mènent leur barque depuis les années 50.
Les principales activités de l’entreprise : La distribution, l’importation et l’exportation des produits de mer. La compagnie est également spécialisée dans la pêche artisanale et la pêche semi-industrielle. Elle est aussi dans le domaine du retail à travers ses Fish Shops.
Les nouveaux projets : La compagnie gérera dans les mois à venir sept bateaux de pêche additionnels. Ce qui lui permettra d’augmenter sa production annuelle d’environ 30 %. L’entreprise envisage de recruter une centaine de personnes pour travailler sur ces bateaux.
L’entreprise en chiffres : Trois usines, 500 employés directs, une flotte d’une dizaine de bateaux, une production annuelle de 400 à 500 tonnes, une quinzaine de fish shops.
Un bref historique de la compagnie : Dans les années 50, Allam Mamode Khan Taher, bayan de son état, et son fils Hajee Aboo Bakar Khan Taher, achètent des poissons pour les revendre. À l’époque, ils font le va-et-vient quotidiennement entre Rose-Hill et les côtes de Rivière-Noire à bicyclette pour mener à bien les affaires. Ce sera ensuite Hassen Khan Taher, le fils de Hajee Aboo, d’apporter sa pierre à l’édifice. Aujourd’hui, Hassen Khan Taher peut compter sur la quatrième génération, soit ses deux fils, Bahim Khan et Feroz Khan, pour développer davantage l’entreprise familiale.