Live News

Grève annoncée des médecins généralistes : le syndicat réaffirme sa position 

medecins Une des principales revendications des médecins généralistes du service de santé publique est le retour à la semaine de 33 heures de travail.

Les horaires des médecins mauriciens sont-ils trop contraignants ? Travaillent-ils plus qu’il n’en faut ? Si les médecins généralistes ne récusent pas le « shift system » qui leur impose 40 heures de travail par semaine contre 33 initialement, ils déplorent néanmoins les 28 heures de travail par mois qu’ils accomplissement sans pour autant être rémunérés. 

Le service de santé publique risque d’être paralysé le 11 septembre si aucune solution n’est trouvée dans le litige opposant depuis 2016 le ministère de la Santé et la Medical and Health Officers Association (MHOA). Le mot d’ordre de grève a été lancé. Selon le syndicat des médecins généralistes, 90 % des membres sont en faveur de ce mouvement syndical en signe de protestation d’une mesure prise de manière unilatérale en 2016, du temps où Anil Gayan était chargé du portefeuille de la Santé. 

Ce qui a contraint le syndicat à se tourner vers la Commission de conciliation et de médiation (CCM) afin de trouver un terrain d’entente. L’une de leurs principales revendications est le retour à la semaine de 33 heures de travail. Cela, dans le sillage d’un verdict de la Cour suprême en 1995. Le syndicat déplore également que le surplus d’heures (sept par semaine) dont ils s’acquittent n’est pas comptabilisé dans leur salaire, car les heures supplémentaires sont comptées à partir de 40 heures de travail. 

Notre action ne mettra pas en péril la vie des patients car tous les services essentiels fonctionneront normalement.»

Las que ses appels n’aient pas été pris en considération, la MHOA a décidé de passer à l’étape supérieure. Selon les dispositions de la loi, elle peut prendre une action syndicale comme dernier recours si toutes les négociations antérieures n’ont pas abouti. La MHOA suivra néanmoins à la lettre les procédures avant de déclencher le mouvement syndical en soumettant les médecins généralistes au vote sous la supervision de la commission électorale et du ministère du Travail à partir du 26 août. C’est ce qu’a indiqué le Dr Yovan Ramharai, trésorier et membre exécutif du syndicat. Il a souligné que leur mouvement ne mettra pas en péril la vie des patients, car tous les services essentiels fonctionneront normalement. 

Frustration et déception 

Selon le représentant du syndicat, les médecins ne peuvent pas être considérés comme des Shift Workers. Avis partagé par le Dr Dushyant Purmanan, président de la Government Medical and Dental Officers Association (GMDOA), syndicat des médecins spécialistes. Il soutient que le travail des médecins n’est pas le même pendant la journée et la nuit. Il dit comprendre la frustration et la déception des médecins généralistes. Il affirme qu’il soutient leur démarche qu’il considère comme étant justifiée. 

Le Dr Ramharai ajoute que depuis l’introduction du Shift System, il n’y a plus de véritable esprit d’équipe entre les spécialistes et les généralistes. « Les généralistes assistent les spécialistes dans leur tournée des salles pour rencontrer les malades dont ils connaissent le cas. Mais avec le Shift System, il n’y a pas de bon suivi des patients car les spécialistes rencontrent différents généralistes à chaque fois », explique-t-il. 

Le Dr Purmanan fait aussi ressortir que le transfert de savoir ne se fait plus adéquatement sous ce système, constatant que le partage de connaissances entre spécialistes et généralistes était plus facile dans l’ancien système. Le président du syndicat des médecins spécialistes regrette que le ministre Anwar Husnoo ne rencontre pas personnellement les syndicats concernés et qu’ils ne soient reçus que par les membres de l’establishment. 

Les deux médecins affirment que le Shift System a perturbé la vie sociale des praticiens, ce qui engendre fatigue, stress et frustrations. D’où les absences récurrentes de la part de certains, soutient le représentant de la MHOA. Un médecin qui exerce dans un des hôpitaux confie que si les médecins étaient bien traités, ils offriraient un bien meilleur service. Il déplore le manque de considération à leur égard.

Une moyenne de 48 heures de travail par semaine recommandée

Un rapport de la Direction de la recherche des études de l’évaluation et des statistiques en France indique qu’en 2011, les médecins généralistes ont affirmé travailler 57 heures par semaine. Ce chiffre était de 60 heures dans les régions rurales. Mais la Commission européenne a, de son côté, noté plusieurs infractions de la part de plusieurs États-membres en 2013. La France a ainsi été épinglée en raison du nombre d’heures de travail des médecins. Une moyenne de 48 heures par semaine a été recommandée « avec des périodes de repos compensatoire après des heures supplémentaires la nuit », cela en lien avec la directive relative au temps de travail de 2003. 

L’Inter syndicat national des internes a, pour sa part, considéré « inquiétant pour la sécurité des malades et pour la santé des internes qui se retrouvent en burn-out » en cumulant 60 heures de travail par semaine. Selon un tableau comparatif établi en 2007, le nombre d’heures de travail légal des médecins par semaine est comme suit : 

Allemagne – 48 heures 
Danemark – 37 heures
Espagne – 35 à 37,5 heures 
Lituanie – 60 heures 
Royaume-Uni – 56 heures

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Oeudor