Défi Zen

Grégory Augustin : le fil créatif

Grégory Augustin Grégory Augustin rêve de faire carrière dans la bijouterie.

Grégory Augustin fait honneur à Maurice ! Cet étudiant de 19 ans s’est distingué dans la catégorie « Emerging Jewelry Artist 18 Years of Age or Younger », lors du concours international, 'Saul Bell Design Award 2018'. L’an dernier, il a lancé son entreprise, 'Handyrog'. Il nous parle de sa passion pour la confection des bijoux.

« Discrete Extravagance » est le nom de sa création. Il s’agit d’une fleur abstraite réalisée en cuivre et fil de fantaisie. La pièce est sertie de cinq pierres d’améthyste. Le concours de design Saul Bell Design Award est organisé par Rio Grande Jewelry Making Supplies depuis 2001. La remise de prix s’est tenue le 21 mai à Albuquerque aux États-Unis. Faute de moyens, Grégory Augustin n’a pu faire le déplacement. Il a reçu un certificat. De plus, la photo de sa pièce figure dans le livre de Saul Bell Design Award.

Grégory Augustin est l’un des rares hommes à confectionner des bijoux. Il partage ses créations sur les réseaux sociaux. « J’ai découvert ce concours de design sur la page Instagram de Rio Grande. Saul Bell Design Award, un concours prestigieux, présente diverses catégories dans lesquelles je suis éligible. En 2016, j’ai passé la date limite pour m’inscrire. J’ai attendu jusqu’en août 2017 pour soumettre ma candidature » dit-il. Cet habitant de Beau-Bassin se met à travailler sur un pendentif doté d’un ruban en inox et d'un œil-de-tigre. La photo est postée sur Instagram de même que celle de « Discrete Extravagance ». La dernière reçoit des commentaires positifs. Elle est aussi très appréciée par nombreux de ses amis. Cette popularité le pousse à envoyer la fleur abstraite au concours.

À 13 ans, Grégory fabrique une bague à partir d'un fil de fer et d'une pierre rouge...»

Sa passion remonte à sa plus tendre enfance. Il se souvient de son cousin qui avait un jouet contenant du fil de fer. « J’enlevais le fil et je faisais de petits bonshommes avec. J’ai vite pris goût à cette forme artistique. J’ai ensuite demandé à ma maman de m’acheter une pelote de fil de fer », se souvient Grégory Augustin. À l’âge de 13 ans, il fabrique une bague à partir d’un fil de fer et d’une pierre rouge en forme de diamant pour l’offrir à sa maman à l’occasion de la Fête des Mères. Grégory s’intéresse aussi à l’origami, la couture et il travaille le bois. « Il se peut que j’ai hérité de cette fibre artistique de mon père qui est soudeur inox », dit notre interlocuteur.

Outre sa créativité innée, il apprend aussi à travers les vidéos sur la chaîne YouTube. Puis, le jeune Grégory découvre Pinterest et veut en savoir davantage sur les différentes techniques. Il développe un style propre à lui, c'est-à-dire l’organique. De ce fait, il s’inspire de ses émotions et de la nature.

Il présente et vend ses créations aussi sur la boutique en ligne Etsy.com. Cela lui permet de cibler le marché international. À l’âge de 18 ans, Grégory décide de lancer son entreprise. Il commence les démarches administratives et se renseigne auprès de l’ex-SMEDA (Small and Medium Enterprises Development Authority). Il met en place Handyrog. « Hand signifie main et yrog en ana-cyclique est gory, c’est-à-dire, la dernière partie de mon prénom.

Cela veut dire les mains de Grégory », explique cet étudiant en HSC au collège Saint Mary’s à Rose-Hill. Son atelier se limite à une table dans sa chambre.

« Ma maman est enseignante à la maternelle. Au départ, elle était contre l’idée que je me lance dans l’art. Elle voulait que je me consacre entièrement à mes études. Puis, elle a vu que mes créations étaient populaires. Aujourd’hui, elle me soutient », dit Grégory qui étudie la filière scientifique. Pour l’instant, il prend une pause avec la confection des bijoux pour se concentrer sur ses révisions.

Grégory Augustin ne cache pas le fait qu’il rêve de faire carrière dans la bijouterie. Il veut continuer à se perfectionner. Il souhaite également animer des conférences sur l’entrepreneuriat, afin de partager ses expériences avec les jeunes.