Actualités

Gratuité des études supérieures : les étudiants doivent s’acquitter des frais administratifs

Ceux détenant déjà une licence ne pourront bénéficier de cette mesure, dit la ministre de l'Éducation.

Les modalités concernant la gratuité de l’enseignement supérieur dans les institutions publiques du pays ont été dévoilées par la ministre de l’Éducation, Leela Devi Dookun-Luchoomun, au bureau du Premier ministre vendredi après-midi. L’État déboursera Rs 600 millions dans la réalisation de cette mesure.

  • La gratuité des études tertiaires s’applique uniquement aux étudiants mauriciens, rodriguais et ceux des îles de la République de Maurice.
  • Cette mesure s’applique aux cours à plein temps et à temps partiel.
  • À partir de cette année, les tuition fees seront gratuits. Les frais administratifs devront néanmoins être payés par l’étudiant. Selon la ministre de l’Éducation, le montant ne dépassera pas Rs 10 000. « Je dois dire que les frais d’administration dans d’autres institutions sont bien plus faibles que cela », précise-t-elle.
  • Dans certains cas, il y a des étudiants qui complètent la troisième année de leurs cours dans des institutions étrangères. L’élève, poursuit Leela Devi Dookun-Luchoomun, devra cependant payer ses cours à l’étranger.
  • En cas d’échec, il est du ressort de l’étudiant de régler les frais  de rattrapage. « Les frais seront payés par l’État les années suivantes », dit-elle.
  • L’État prendra la charge des élèves qui sont déjà inscrits.
  • La gratuité de l’enseignement supérieur dans les institutions publiques s’applique aux étudiants qui ne sont pas détenteurs de licences. Un candidat détenant un diplôme désirant obtenir une licence sera éligible à l’enseignement supérieur gratuit. Ceux détenant déjà une licence ne pourront bénéficier de cette mesure. 
  • Ceux qui sont déjà en première année ou en seconde année ne paieront pas de tuition fees pour le reste de leurs cours. 
  • « La mesure devait être appliquée pour les inscriptions de 2019. Mais, bien sûr, l’État prendra la charge des élèves qui seront admis en février ou mars, mais également de ceux dont les admissions se déroulent dans le courant de l’année », précise la ministre de l’Éducation.

Un montant de Rs 600 millions à l’État

Rs 600 millions. Tel est le montant que l’État devra débourser concernant la gratuité des études universitaires dans les institutions publiques. Leela Devi Dookun-Luchoomun n’a, toutefois, pas donné de détails concernant les moyens employés par l’État pour trouver les fonds nécessaires afin de financer cette mesure annoncée par le Premier ministre dans son message du Nouvel An. 

Les institutions concernées 

  1. L’Université de Maurice (UOM) 
  2. L’Université de Technologie (UTM) 
  3. L'Université des Mascareignes (UDM) 
  4. L’Open University of Mauritius (OUM) 
  5. Le Mahatma Gandhi Institute (MGI) 
  6. Le Rabindranath Tagore Institute (RTI) 
  7. Le Mauritius Institute of Education (MIE) 
  8. Le Fashion and Design Institute (FDI)
  9. Le Mauritius Institute of Training and Development (MITD) 
  10. Polytechnics Mauritius