Live News

Grande première : des Mauriciens lancent une nouvelle collection de montres en Chine

Hosany Abdur-Raheem, Sumayyah et Ridwaan Hosany.

Abdur-Raheem, Ridwaan et Sumayyah Hosany ont bien plus en commun que leur patronyme. Frères et sœurs, les trois sont aussi partenaires en affaires. Ils sont actuellement en Chine pour la fabrication et le lancement d’Amalgam Watches, une nouvelle collection de montres.

Il s’agit de la toute première collection d’Amalgam Watches, une série de montres que vous pouvez customiser selon vos goûts, vos envies et votre humeur. Cette collection comprend deux modèles de cadran (case), notamment « classic » et « casual » de différentes couleurs, deux modèles de bracelet (strap), chacun disponible en 7 colories différentes et une trentaine de coulurs de billes (gemstones) qui constituent le bracelet.

Deux raisons ont motivé leur choix pour commercialiser ce modèle de montres. « Une analyse du marché nous a montré que les prix des montres customisées sont généralement élevés. Aussi, nous voulions offrir à nos clients un produit unique, car ils peuvent choisir entre les différentes possibilités de couleurs de bracelet, de cadran et de billes. C’est plus de 10 000 combinaisons différentes possibles », souligne Ridwaan Hosany, co-fondateur d’Amalgam Watches. Autres particularités d’Amalgam : pour chaque montre achetée, le client reçoit une paire de bracelets additionnelle en cadeau. « Et l’assemblage se fait à la main », précise notre interlocuteur.

Crowdfunding

montePour la production des montres Amalgam, les fondateurs songent à avoir recours au « crowdfunding ». Cela, dans le but d’avoir le capital nécessaire pour pouvoir lancer la production des montres. Montant nécessaire : environ Rs 1,4 million (USD 40 000). « Les pièces sont plus chères car il s’agit de modèles et de pièces que nous avons créés et non des ‘ready-made’. Sans compter les coffrets, la distribution gratuite à travers le monde qui se fera à partir de Chine, etc », indique-t-il. La campagne de financement participatif qui est prévue à la mi-septembre, durera un mois.

Les jeunes entrepreneurs tablent, dans un premier temps, sur 600 montres, lesquelles seront vendues entre Rs 5 600 et Rs 6 300 (USD 160 – 180). Ridwaan Hosany dit espérer que les premières livraisons se feront à partir de fin novembre-début décembre. « Nous étudions aussi quelques propositions pour un marketing international. Mais déjà, nous avons notre site Web et nous sommes aussi présents sur les réseaux sociaux », souligne notre interlocuteur. Même si les trois Mauriciens ne sont qu’au tout début de leur aventure, ils ont déjà des idées plein la tête pour le futur. « Cette première collection, nous l’espérons, n’est que la toute première étape. Nous souhaitons, pour plus tard, venir avec des éditions limitées ou avec d’autres matières encore plus ‘uniques’ », conclut Ridwaan Hosany

Tout a commencé à partir d’une montre endommagée. C’est en voulant la réparer que l’idée de créer une montre est venue. Les premiers modèles créés par le benjamin, Abdur-Raheem, considéré comme « la tête pensante » du trio, sont plébiscités par les proches et les amis. Commence alors le design sur des logiciels spécialisés et ainsi voient le jour les premiers croquis. Dans un premier temps, c’est sur des imprimantes 3D que les croquis seront matérialisés. « Nous avons effectué beaucoup de modifications et rencontré pas mal de difficultés avant d’arriver au produit final », souligne Ridwaan Hosany. C’est Sumayyah, l’aînée de la fratrie qui s’est ensuite chargée de contacter et de négocier auprès des fabricants. C’est aussi elle qui s’occupe des finances. Ridwaan, quant à lui, s’occupe de l’assemblage et des contrôles qualités, entre autres.

Abdur-Raheem (22 ans) est étudiant en troisième année de Biomedical Engineering en Inde. Il a pris une année sabbatique pour se consacrer à la confection et la réalisation de cette collection de montres. Il a ainsi rejoint sa sœur, Sumayyah (28 ans), à Wenzhou en Chine. Celle-ci, étudiante en médecine, vient de compléter sa spécialisation. Alors que Ridwaan (25 ans) est diplômé en informatique et mécanique automobile. Il travaillait jusqu’ici pour une entreprise de télécommunication avant de tout laisser tomber pour rejoindre son frère et sa sœur à Wenzhou. Les trois sont natifs de Curepipe. Leurs parents sont dans la vente de bicyclettes et de motocyclettes et possède un magasin à Curepipe.