Economie

Grande distribution : Masters Express se lancera dans l’importation au début de 2019

Uttam Sumaroo dévoile les divers projets de Masters Express.

master express

Accueillir de nouveaux membres, se lancer dans l’importation, proposer leur propre franchise… tels sont les projets de Masters Express. Cette enseigne, qui réunit 17 supérettes, se donne ainsi les moyens de contrer la forte concurrence dans le secteur de la grande distribution. 

Masters Express est en mode d’expansion. Regroupant 17 superettes, l’enseigne accueillera trois autres membres d’ici la fin de l’année. « Avec 20 membres, nous serons plus à même d’obtenir de meilleurs prix auprès des fournisseurs, vu que nous achèterons en gros. Ce sera également à l’avantage de nos clients qui pourront bénéficier des prix plus compétitifs », explique Uttam Sumaroo, secrétaire général de Masters Express. Toutefois, il y a plusieurs critères pour intégrer Masters Express. « Nous prenons en considération la bonne volonté de nouveaux membres envers la clientèle et les fournisseurs. Nous tenons aussi compte de  la superficie du bâtiment, les facilités de parking, entre autres », indique notre interlocuteur. Les nouveaux membres bénéficieront d’ailleurs d’une formation. 

L’autre gros projet de Masters Express est de se lancer dans l’importation de produits d’ici le début de l’an prochain. « Nous comptons importer notamment du riz de l’Inde, des pâtes et des boissons gazeuses de la Turquie ou encore d’autres ‘fast moving products’ de la Malaisie. Ce qui nous permettra de proposer de meilleurs prix. Nous comptons aussi lancer notre logo et apposer notre franchise sur nos produits», dévoile Uttam Sumaroo. 

Moins de fermeture chez les boutiquiers 

Si la concurrence reste féroce dans le secteur de la grande distribution, Santosh Ramnauth, le président de la Shop Owners Association, note, toutefois, une certaine 
« stabilité » au niveau de la situation des boutiquiers. « Il y a un ralentissement au niveau de la fermeture des boutiques du coin. On en comptait presqu’une cinquantaine par an. Mais, depuis deux ans, soit avec l’introduction de la mesure permettant aux petits commerces qui ne vendent pas de boissons alcoolisées de ne pas payer la « patente », il y a de moins en moins de fermeture », fait-il ressortir.

À savoir que cela fait cinq ans que Masters Express existe. « Depuis que nous nous sommes regroupés en vue de faire face à la rude concurrence, nous enregistrons une moyenne de 40 % de clients additionnels. Ce qui nous a permis d’augmenter nos ventes de l’ordre de 30 % à 
40 % en moyenne. C’est également un moyen plus économique de miser sur la publicité », fait ressortir Uttam Sumaroo. Ce dernier aurait souhaité que les fournisseurs leur accordent les mêmes facilités et privilèges que les grandes surfaces. « Nous pourrions ainsi faire profiter la clientèle », conclut notre interlocuteur.