Actualités

Grand Journal - Shakeel Mohamed : «L’actuel GM a poursuivi le combat de l’ancien régime»

« Pour la première fois dans l’histoire, l’Afrique va être totalement libérée du joug colonial », a déclaré Shakeel Mohamed qui était l’un des invités de la deuxième partie du Grand Journal sur Radio Plus, animée par Jane Lutchmaya et Eshan Dinally, le mardi 4 septembre. Zouberr Joomaye du Mouvement socialiste militant  était aussi sur le plateau. 

« L’actuel gouvernement n’a pas politisé le dossier Chagos, mais a poursuivi le combat de l’ancien gouvernement. Il y a consensus sur le dossier Chagos.  C’est ce qui fait la beauté de ce combat et le pays sortira gagnant », a souligné le député du Parti travailliste. Il a aussi expliqué que les juges devraient analyser s’il y a eu un consentement libre de Maurice ou si c’était un « forced agreement » en 1965 lors des débats constitutionnels. 

Shakeel Mohamed a fait ressortir qu’il est bon de noter que tous les anciens pays colonisateurs ont voté contre la démarche de Maurice de demander à l’Assemblée générale des Nations unies l’aval de se tourner vers la Cour Internationale de Justice (CIJ). « Ces pays ont regardé leurs propres intérêts, ils occupent eux-mêmes des pays de manière illégale. » Il a souligné l’abstention de la France lors du vote de l’an dernier. 

« Le gouvernement est confiant d’un dénouement positif concernant le dossier Chagos », estime, pour sa part, Zouberr Joomaye. Le député dela majorité a salué la prise de position de sir Anerood Jugnauth qui défend le pays devant le tribunal de La Haye.  

Zouberr Joomaye a avancé que la pression internationale et diplomatique ainsi que l’opinion publique sont importantes. Il estime qu’il faut que les citoyens anglais soient sensibilisés au dossier par le biais de la presse britannique. 

Shakeel Mohamed a expliqué que le Royaume-Uni n’a  aucune obligation légale de suivre l’avis consultatif de la CIJ. Il sera cependant considéré comme un État « rogue ». Pour le député rouge, il est primordial d’avoir un plan B. L’Angleterre n’a pas apprécié la démarche du pays », a-t-il souligné. Il faut, selon lui, penser aux conséquences sur le plan économique.

La réforme électorale a aussi été abordée. Pour Zouberr Joomaye, le système actuel, a assuré une stabilité politique malgré ses failles. Cependant, il n’a pu se prononcer sur les nouvelles propositions du gouvernement sur la réforme électorale.

Shakeel Mohamed estime, qu’il faudrait un pays moins communal et des élus plus capables. « Morisien anvi ki meyer morisien a latet pei e pa swazir zot lor baz kominal ou kast. » « Il faut explorer la possibilité d’élire le chef de gouvernement au suffrage universel. » Shakeel Mohamed dit rêver d’une île Maurice unie, sans appartenance ethnique et castéisme. « Mon vœu pour l’île Maurice est que la méritocratie prime. » 

Interrogé sur le projet de loi sur le financement des partis politiques, Zouberr Joomaye a noté que le gouvernement a fait le premier pas. Shakeel Mohamed a rappelé l’urgence de voter cette loi.