Actualités

Grand Journal de Radio Plus - Ashok Subron : «Le recensement ethnique mènera le pays vers une explosion communale»

Grand Journal de Radio Plus

Le rapport des Nations Unies sur la discrimination raciale à Maurice et le dossier Chagos ont été abordés en seconde partie du Grand Journal de Radio plus. Gilbert Bablee et Patrick Hilbert ont accueilli Ashok Subron, de Rezistans ek Alternativ (ReA) et le député Joe Lesjongard.

« Les 300 années d’esclavage que le pays a connues ont provoqué une forme de racisme puissante ancrée dans la fabrique sociale de la société. Le recensement ethnique mènera le pays vers une explosion communale incontrôlable », a fait ressortir Ashok Subron. Joe Lesjongard a, lui, souligné que ReA « fait un travail extraordinaire concernant le Best Loser System ». Kushal Lobine, du PMSD, qui est intervenu au téléphone a souligné l’importance d’un recensement ethnique et l’institution de mesures correctives. « Le rapport des Nations Unies démontre qu’il y a une perception de discrimination raciale ancrée dans la population mauricienne. (…) Un recensement sur une base ethnique amènera une paix sociale et constituera un élément catalyseur d’une nation unie après 50 ans d’Indépendance  », avance-t-il. « Une bonne réforme électorale ne nécessite aucun recensement », a précisé Ajay Gunness du MMM. Selon lui, un recensement ethnique ouvrira la boîte de Pandore et « le pays se brisera ensuite en groupes, voire sous-groupes ».

Chagos

Ashok Subron réclame un « avis consultatif » du peuple mauricien et de la population de l’océan Indien sur le maintien de la base militaire à Diego Garcia. « Je salue la volonté de SAJ pour la défense du peuple mauricien et le combat contre l’injustice commise. Mais je ne comprends pas pourquoi il a voulu garantir devant la CIJ que la base militaire pourrait être conservée. Tel n’était pas le sujet. C’est une tâche qui restera dans l’histoire », explique Ashok Subron. Joe Lesjongard a indiqué que « le processus de décolonisation du pays prend une autre ampleur. » « C’est la première fois que nous allons aussi loin concernant le dossier Chagos. SAJ a une stratégie. Nos motivations sont plus que sincères. Nou pou demaske seki ti bizin demaske », a indiqué Joe Lesjongard.