Faits Divers

Grand-Gaube : Soubash Hurry, prisonnier des flammes, meurt calciné 

Soubash Hurry Le cadavre de Soubash Hurry a été trouvé à l’étage de la maison qu’il louait.

Fin tragique pour Soubash Hurry, âgé de 56 ans. Un feu s’est déclaré, lundi soir, à l’étage de la maison qu’il louait à Grand-Gaube. Les flammes ont tout ravagé ne laissant aucune chance au quinquagénaire piégé dans la demeure. Ce sont les sapeurs-pompiers qui ont découvert son cadavre calciné, après avoir circonscrit l’incendie.

La victime était connue dans la localité sous le nom de Moon. Originaire du village de Goodlands, il venait de louer une maison, sur la route principale à Grand-Gaube. Il exerçait comme boulanger. 

« Je le connais depuis longtemps. Il travaillait dans une boulangerie à Grand-Gaube où j’ai l’habitude d’acheter du pain  En plusieurs occasions, il m’a dit qu’il cherchait une maison, afin d’être plus près de son lieu de travail », explique Roopanand B., le propriétaire de la maison. Sans hésiter, il a accepté de louer une maison à étage à Moon.

« Il était une personne calme et sans histoire. Il est venu y habiter, il y a environ six ou sept mois. Quand il est venu, il n’avait presque rien. Je l’ai aidé. Jamais je n’ai eu de reproche à lui faire. Li konn ziss so travay ek so lakaz », poursuit ce dernier. Soubash Hurry était en congé lundi. 

« J’ai su que c’était son jour de repos. Il a passé une journée à la mer avec ses amis et collègues. Il a pris quelques verres, puis vers 20 heures, il est rentré chez lui », raconte le propriétaire. Il ne s’attendait pas à ce qu’un malheur frappe ce dernier.

Mais vers 21 heures, des voisins ont constaté que de la fumée s’échappait du premier étage de la maison. Ils ont alerté la police de Grand-Gaube et les sapeurs-pompiers de Triolet. Les secouristes sont intervenus. Une fois sur les lieux, les policiers, des volontaires et les sapeurs-pompiers ont aidé à circonscrire ce terrible incendie, mais n’arrivaient pas à pénétrer dans la maison. Le feu a tout emporté sur son passage. 

Lorsque les pompiers sont parvenus à maîtriser le feu, ils sont entrés à l’intérieur de la maison. Ils ont alors découvert le cadavre calciné de Soubash Hurry face contre terre.

Roopanand B. a été informé. Le propriétaire a alors indiqué que la maison était occupée par Soubash Hurry. « Je sais qu’il a l’habitude d’allumer une lampe pour la prière, mais je ne sais pas ce qui a bien pu provoquer ce feu. Tout a brûlé. Il ne reste presque rien de ses effets personnels et des meubles que je lui avais offerts », dit-il avec regrets. 

Un proche du défunt explique que depuis des nombreuses années, il avait pris ses distances des membres de sa famille. 

« Il y a eu une dispute une vingtaine d’années dans la famille. Il a préféré aller vivre ailleurs. Je l’ai vu en quelques occasions, il allait bien », ajoute-t-il. 

L’autopsie a révélé que Soubash Hurry a succombé à des brûlures excessives. Ses funérailles ont eu lieu mardi après-midi.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !