People

Govinda Coolen : la musique est une langue universelle

Govinda Coolen

À 53 ans, Govinda Coolen, Tigo pour les intimes, raconte son parcours musical. Inspiré par la douce fraîcheur de Camp-Caval, où il habite, il a beaucoup d’anecdotes à partager. L’artiste a démarré dans la musique à un très jeune âge.

« J’ai commencé à jouer dans les hôtels. Et petit à petit, je me suis perfectionné pour ensuite rejoindre le groupe Latanier... »

« Mon père était musicien. Il jouait de la mandoline et en grandissant, j’ai commencé à en jouer aussi. Au début, j’ai eu du mal, jusqu’au jour quand j’ai rendu visite à un vieil ami qui s’appelle Tipam. En une journée, j’ai joué trois morceaux et c’est là que tout a démarré. »

Govinda Coolen

« J’ai commencé à jouer dans les hôtels. Et petit à petit, je me suis perfectionné, pour ensuite rejoindre le groupe Latanier, avec Ram et Nitish Joganah, deux artistes à texte que j’ai toujours appréciés. »

À 27 ans, le guitariste, harmoniciste, violoniste et flutiste avait un bon potentiel et c’est ainsi qu’il a la chance de s’envoler pour l’Europe avec le groupe Latanier. Il a été en tournée en Angleterre et en France. À son retour, il enchaîne les prestations. Et un an plus tard, alors qu’il a le vent en poupe, il reçoit une proposition pour travailler comme musicien et chanteur à Dubaï. Il saisit sa chance et passe cinq années aux Émirats arabes unis.

Govinda Coolen

« J’y ai vécu des moments incroyables et j’ai joué pour de très hautes personnalités, dont Sheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum et David Beckham. Cela a été un moment inoubliable de ma vie. Je suis rentré il y a plusieurs années et j’ai formé un groupe qui s’appelle Friends. Dans cette équipe, il y a Jayen Coolen, mon frère, qui fait de la percussion, Clive, un autre percussionniste, Jordan, un guitariste, Corine, une chanteuse et d’autres amis qui nous rejoignent dépendant de leur disponibilité. »

Govinda Coolen

Friends joue dans plusieurs hôtels et soirées à travers l’île. « J’ai joué dans de nombreux hôtels : Shanti Maurice, Prince Maurice, Radisson Blue, Paradis, Sofitel, Shandrani, pour ne citer que quelques-uns. Nous sommes très demandés, car nous jouons de tous les styles : jazz, flamenco, reggae, séga, blues et salsa. »

Que pensez-vous de la musique à Maurice ?
« De nombreux artistes sont dans l’ombre. Tout comme moi qui vis à Curepipe et qui n’ai jamais eu l’occasion de jouer dans un concert dans la localité. Et il y a beaucoup de bons éléments qui baissent les bras à force de ne pas avoir la chance de faire découvrir leurs talents. »

Avez-vous déjà écrit des morceaux ?
« J’ai effectivement écrit plusieurs chansons, dont une que je chante souvent Dans La vie, qui raconte les aléas du quotidien. La vie est un sujet qui m’inspire beaucoup. Je crois dans un monde idéal, où tout va bien, tout est beau et où nous vivons en harmonie. Mais je n’écris plus depuis quelques années, car les chansons à thème n’ont plus la cote.

Sinon, la vie est un parcours passionnant avec des embuches et de beaux moments. Je la vis pleinement avec le soutien de mon fils de 7 ans et de ma femme Natalie. Je suis pleinement épanoui dans ce que je fais. »  

« J’encourage les jeunes à jouer d’un instrument, car la musique permet de réfléchir autrement et de se détendre. Elle peut aussi devenir leur gagne-pain. La musique est une langue universelle. »
Toute personne souhaitant contacter l’artiste peut le faire sur le 5717 6714.