Faits Divers

Gianchand Dewdanee : «J’ai l’impression qu’on me brûlait vif»

En prison, Gianchand Dewdanee était très inquiet de l'état de santé de sa mère et de son épouse. | Crédit Photo : Rajenee Panchoo

« C’était le moment le plus dur de toute mon existence et même une grave collision avec un poids lourd n’aurait pas été aussi douloureux que ce long séjour derrière les barreaux. » C’est en ces termes que Gianchand Dewdanee décrit ses 26 mois de détention dans le sillage de la saisie de Rs 2,4 milliards de drogue. Il a retrouvé la liberté conditionnelle le 20 mai dernier.

Ce fonctionnaire, habitant Poudre-d’Or, qui va bientôt souffler ses 60 bougies, est très marqué par son passage en prison. « La souffrance qui m’était infligée était plus pénible que celle d’une personne atteinte d’un cancer. J’avais l’impression qu’on me brûlait vif. Quand vous êtes emprisonné, c’est la mort lente. » 

L’arrestation par l’ADSU hante toujours les esprits de ce co-directeurs de Brillant Resources Consulting Ltd qui serait à l’origine de l’importation de cette drogue. « Ce jour-là, j’avais conduit mon épouse, qui souffre d’une grave maladie, à l’hôpital et à mon retour, je me trouvais dans un bureau de la capitale quand un groupe de limiers de l’ADSU a débarqué sur place, explique-t-il. J’étais choqué et déboussolé car c’est la première fois qu’une telle chose m’arrivait. » 

Placé en état d’arrestation, la vie de Gianchand Dewdanee bascule. « Mo ti abat, mo nepli kapav panse, mo ti perdi net. » En prison, il dit n’avoir pas su où se mettre la tête. D’un côté, il faisait l’objet d’une accusation de trafic de drogue. De l’autre, il était très inquiet par l’état de santé de sa mère et de son épouse. « Après mon arrestation, mon épouse a été hospitalisée mais ce n’est que trois semaines après que je l’ai appris. J’étais complètement abattu. J’ai beaucoup pleuré en prison. » Lui non plus n’était pas en bonne santé. « À un certain moment, je suis tombé malade mais on ne m’a même pas conduit à l’hôpital. »
Gianchand Dewdanee clame son innocence. « Je maintiens mon innocence. On a utilisé mon nom, ma signature, le nom et le sceau de ma compagnie à mon insu pour importer de la drogue pendant deux ans, dit-il, ma vie et celle de ma famille se sont arrêtées. » Pour convaincre de son innocence, il évoque les dépositions de Navind Kistnah. « Tout récemment, on a appris que Navind Kistnah avait consigné de nouvelles dépositions mais à aucun moment, il n’a mentionné mon nom. Je n’ai jamais jonglé avec des millions. » 

Après plus de deux en prison, Gianchand Dewdanee tente de se réintégrer la société non sans difficulté. Il ajoute : « J’ai poussé un ouf de soulagement à ma sortie de prison, la liberté n’a pas de prix et j’ai confiance en le judiciaire. Je remercie tous ceux qui m’ont soutenu et particulièrement mon épouse, mon fils, ma fille mon frère, ma sœur et mon avocat, Me Neil Pillay qui a cru en mon innocence depuis le départ. C’est grâce à eux que j’ai pu tenir le coup. »

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !