People

Géraldine Cornet : de la coiffure à l’administration syndicale

La jeune femme a appris à être polyvalente dans son travail.

Géraldine Cornet est secrétaire administrative à la Free Democratic Unions Federation (FDUF), dont le siège social se trouve à Curepipe. Incursion dans un domaine où la timidité n'a pas cours. 

La vie réserve souvent des surprises. Géraldine rêvait d’être coiffeuse-esthéticienne. Après sa formation, elle a pris de l'emploi dans un salon de coiffure. Mais son rêve de devenir une grande coiffeuse et d'avoir son propre salon n'a été que de courte durée. Elle était allergique à certains produits utilisés dans ce salon et a souffert de graves problèmes cutanés qui lui ont nécessité de longs soins. Finalement, elle abandonnera à jamais ce métier qui la passionnait tant. «  Je me morfondais à la maison à ne rien faire », dit-elle.

Sa chance de faire un retour dans le monde du travail allait venir de son oncle, Désiré Guildhary. Ce dernier, qui cherchait une secrétaire administrative après le départ de l'ancienne employée pour raison médicale, lui a proposé ce poste. « C'était un énorme défi à relever. Être secrétaire administrative d'une fédération syndicale, c'est faire plusieurs tâches. Outre de répondre à de nombreux appels téléphoniques, je devais enregistrer les plaintes des travailleurs qui venaient au bureau, prendre des notes lors des réunions syndicales et rédiger le procès-verbal. Je n'étais pas vraiment préparée à ça   », dit-elle. Pire, elle n'aimait pas répondre au téléphone. Mais, encouragée par son oncle, elle a fini par accepter de relever le défi. 

Débuts difficiles

Elle raconte que ses débuts ont été vraiment difficiles. «  C'était la première fois que je faisais face à des personnes à fort caractère et j'étais quelque peu intimidée. Mais finalement je m'y suis habituée et ça m'a aidée dans mon travail et dans ma vie de tous les jours », explique-t-elle. Elle avance aussi que le fait qu'au bureau son oncle la traite comme n'importe quel employé l'a aussi aidée à forger son caractère. «  Aujourd'hui je suis prête à  relever n’importe quel défi », dit-elle. Ainsi, elle peut s'adresser aisément à une assemblée et garder son sang-froid dans n'importe quelle circonstance.

Géraldine explique que la tâche d'une secrétaire administrative d'une fédération syndicale est différente de celle d'une entreprise. Il faut être polyvalent car outre les tâches administratives, elle participe aussi à des négociations syndicales. Ce qui exige qu'elle doit maîtriser les législations du travail. Aussi passe-t-elle beaucoup de temps à les étudier. « Heureusement que Désiré m'accorde tout son soutien », dit-elle.

Son travail exige aussi d'elle une certaine flexibilité et de la compréhension car elle doit faire face à la détresse humaine. La plus récente a été la fermeture de Palmar Ltée. Elle a passé beaucoup de temps au téléphone et même le soir à la maison pour réconforter des mères de famille qui ont perdu leurs emplois. 

Géraldine avoue qu'après une longue période d'adaptation, elle a fini par aimer son travail et qu'elle n'écarte pas la possibilité de se lancer de plain-pied dans le monde syndical pour aider les travailleurs mais aussi les nombreuses femmes en détresse.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !