Actualités

Gelena : les pluies bénéfiques à la culture, mais la chaleur menace

planteur Les planteurs évitent de faire de gros investissements dans leurs plantations en raison des caprices du temps.

Les pluies accompagnant le cyclone Gelena ont été bénéfiques à la culture des légumes Toutefois, c’est une pénurie de certains légumes qui sera à la base d’une hausse des prix de 7 à 10% d’ici une dizaine de jours, selon la Small Planters Association (SPA).

Hassen, un planteur de Rivière-des-Galets a de quoi se réjouir. Contrairement aux années précédentes, ses plantations n’ont pas souffert de la marée haute. « Ce que je crains le plus quand il y a une détérioration du temps, c’est la marée haute. Il y deux ans, j’avais perdu toutes mes concombres. Heureusement que Gelena n’a pas provoqué de gros dégâts à mes plantes. Les pluies ont été bénéfiques, mais c’est la forte chaleur qui constitue actuellement une grave menace pour les plantations. »

Dans l’Est, on a noté des accumulations d’eau dans certaines régions. Mais la situation est plus ou moins sous contrôle, selon Salil Roy, président de la Planters Reform Association. Toutefois, il dit craindre des dégâts dans les plantations d’ici quelques jours au cas où les accumulations d’eau persisteraient.

Dans le nord également, il n’y a pas eu de gros dégâts, avance Kreepalloo Sunghoon, secrétaire de la Small Planters Association. Toutefois comme dans l’est du pays, il y a des accumulations d’eau dans certains endroits. Les planteurs qui ont déjà mis des fertilisants dans leurs plantations ont subi des pertes sèches car l’eau a lavé le produit. Il craint aussi l’invasion des mauvaises herbes dans les plantations. Ce qui impliquerait des dépenses supplémentaires. Il redoute aussi l’apparition de certaines maladies.

Le porte-parole des petits planteurs estime que c’est surtout la forte chaleur qui représente le principal danger pour la culture vivrière. C’est ce qui explique le manque de légumes sur le marché. Les planteurs évitent de faire de gros investissements dans leurs plantations en raison des caprices du temps. Dans pareille situation, il appréhende de nouvelles hausses de prix des légumes de 7 à 10% dans les jours à venir. Déjà, dit-il, la pomme d’amour se vend à Rs 85 le demi-kilo dans certains endroits.

Kreepalloo Sunghoon déplore le fait que les autorités s’abstiennent de construire des drains dans les endroits à risque.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • KFC

  • A loan with perspective