Economie

Fusion et acquisitions - industrie chimique : vers une phase cruciale de consolidation

MCFI propose le rachat de 93,5 des parts de Chemco, firme en difficulté.

Les actionnaires de Chemco et de Bychemex ont jusqu’au 4 avril pour accepter l’offre de rachat de MCFI. Cette transaction verra le regroupement des compagnies en une entité unique sous la coupole du groupe Harel Mallac. La firme Swan Securities Limited estime que l’offre est juste et raisonnable.
Rs 157.7 millions. Tel est le montant total que le groupe Mauritius Chemicals & Fertilizers Industry (MCFI) débourserait pour acheter les parts dans deux compagnies qu’elle gère déjà. D’une part, il s’agit d’acheter 100% des actions émises par Bychemex – à raison de Rs 7.04 l’unité. Et d’autre part, l’offre pour Chemco concerne 93.5% des parts dans Chemco, à un prix de Rs 22.60 par action.

En conclusion à son analyse de l’offre, la firme Swan Securities Limited estime que le prix offert est juste et raisonnable quand elle le compare à son évaluation de l’action de chacune des deux compagnies. Elle recommande donc à ses clients d’accepter l’offre du groupe MCFI.

Motivant cette recommandation, l’auteur rapport met en avant la situation dans laquelle se trouve dans Chemco (chemicals and consumer goods) et Bychemex (textile chemicals). Les deux entreprises, est-il écrit dans le document, font face à des difficultés dans leurs segments respectifs. 

Les activités de Chemco restent tributaires d’une l’industrie sucrière en difficulté et une croissance anémique dans l’industrie manufacturière. Quant à Bychemex, ses opérations dépendent des usines du textile mauricien. Avec la délocalisation vers Madagascar, Inde, Sri Lanka et le Bangladesh, ce business est en posture délicate, sauf si elle investit dans les marchés où s’installent ses clients.

« Bychemex and Chemco are each operating with headwinds in their respective segments which would require high capex and restructuring to remain competitive and profitable. Dividend are only sustainable only if profits are sustainable, » indique le document daté du 1er mars.

Avec l’aboutissement de ces transactions, elle permettra au groupe Harel Mallac de simplifier sa participation dans ces trois compagnies. D’abord, dans MCFI (listé sur le marché officiel de la Bourse de Maurice), Harel Mallac détient 70,41%. Ensuite, dans Bychemex, le conglomérat dispose de 45%. Et au sein de Chemco, Harel Mallac a 59.3%.

« Both Bychemex and Chemco will benefit from synergistic gains by being acquired by MCFI, » est-il dit dans le rapport de Swan Securities Limited. « The synergies will be optimised with the removal of Bychemex and Chemco as separate listed companies on the DEM (saving on listing fees, compliance & reporting costs). »