Live News

Fusillades meurtrières Nouvelle-Zélande : « Nous ne céderons pas à la panique », précise Collendavelloo

« Nous ne céderons pas à la panique…nous ne reculerons pas devant la violence… ». C’est ce qu’a déclaré Ivan Collendavelloo, en ce mardi matin du 19 mars 2019. 

Le Premier ministre par intérim intervenait sur les fusillades meurtrières perpétrées dans deux mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande à l’issue de sa participation à une conférence dans le cadre du World Water Day à Ébène. 

« Ces événements nous choquent d’autant plus que la Nouvelle-Zélande est connue et continuera à être connue comme un havre de paix et de tranquillité aussi bien de l’harmonie raciale… », a tenu à préciser Ivan Collendavelloo. 

« Un moment extrêmement douloureux ! »
Pour le numéro 2 du gouvernement, c’est un « moment extrêmement douloureux » après avoir eu la confirmation du décès tragique de Mohammed Moosid Mohamed Hossen tué lors des « attaques terroristes » à Christchurch en Nouvelle-Zélande. 

Les tests ADN effectués ont dernièrement révélé que Mohammed Moosid Mohamed Hossen, âgé de 54 ans et originaire de Vacoas, faisait partie des 50 victimes du double attentat. 

« L’identification n’a pas été faite visuellement mais uniquement par des moyens scientifiques », a souligné le ministre des Utilités publiques. Ivan Collendavelloo a aussi ajouté que les proches de Mohammed Moosid Mohamed Hossen étaient actuellement en Nouvelle-Zélande. 

Ivan Colledavelloo a souligné, pour sa part, que les autorités sont prêtes à « toute éventualité » et selon la volonté des proches de la victime pour le rapatriement de la dépouille de Mohammed Moosid Mohamed Hossen au pays. 

Pour rappel, le double attentat de Christchurch a fait 50 morts parmi les fidèles musulmans et une vingtaine de blessés graves ont été aussi déplorés.

Mohammed Moosid Mohamed Hossen s’était expatrié en Nouvelle-Zélande depuis deux ans et travaillait en tant que directeur de la société 3D Graphics Limited.