Live News

Fuites des épreuves du PSAC et du NCE : le protocole de sécurité remis en question

L’affaire fait grand bruit depuis quelques jours et suscite pas mal d’interrogations. C’est le contenu de documents retrouvés sur une clé USB concernant les examens du Primary School Achievement Certificate et du National Certificate of Education. Ces documents ne seront pas utilisés. 

Les examens du Primary School Achievement Certificate (PSAC) et du National Certificate of Education (NCE) sont prévus dans quelques mois. Si les candidats sont en grande préparation, les autorités sont, elle, confrontées à un épineux problème. Un cadre du Mauritius Examinations Syndicate (MES)  serait en possession d’une clé USB contenant pas mal de données. L’affaire mise au grand jour, le cadre a reçu une communication du MES indiquant qu’il est « interdicted ». Le MES a ainsi pris les dispositions pour que d’autres questionnaires soient distribués lors de ces épreuves. 

Le Professeur Lucien Finette, ex-directeur du MES, dira : « Le protocole de sécurité mis en place n’a pas marché. Normalement, il y a plusieurs officiers à chaque étape de la préparation d’un examen ». Selon lui, l’accès à la salle forte, qui est sous protection absolue, n’est pas autorisé à n’importe qui. Cette affaire, dit-il, doit être traitée avec tout le sérieux voulu. Afin de rétablir la confiance des candidats et de leurs proches, le Pr Finette indique qu’il allait d’abord admettre qu’il y a eu une faille. « Dans le doute, j’aurais annulé tous les papiers et pris le deuxième set de papiers. Il est impératif de rétablir la confiance… », poursuit l’ex-directeur de l’instance.

Pour sa part, Vishal Baujeet, président de la Government Teachers Union (GTU), maintient que c’est une « situation délicate ». « Je fais confiance au MES. Il a prouvé ses compétences en organisant les examens de niveau international. La situation est sensible et une enquête policière est en cours », dit-il.

L’instituteur précise que le candidat ne doit avoir aucune crainte. Pour cause, il sera examiné sur ce qu’il a appris. « Le programme d’études destiné à l’écolier reste le même, il n’a pas à s’en faire », dit Vishal Baujeet.

Il revient que les questionnaires pour les prochains examens n’avaient pas encore été finalisés et qu’aucun document n’a été soumis à l’imprimeur. 

La directrice du MES, Brenda Thanacoody-Soborun, se veut rassurante. « Nous sommes sereins. Le travail continue. Les actions ont été prises immédiatement. Tout est sur les rails. Tous les documents qu’on a eus sur la clé ne seront pas utilisés aux examens. Nous sommes dans les temps. » Elle insiste que le MES a un système bien rodé pour l’organisation des examens. « Nous avons une banque de données pour les questionnaires et les personnes ressources, entre autres. Nous avons renforcé notre système. »  

Brenda Thanacoody-Soborun précise encore : « Il y a des enquêtes qui sont en cours au niveau du Central Criminal Investigation Department (CCID) et en interne. Nous laissons donc aux autorités de faire leur travail. »

questionnaire

 

  • Ed nou pou kont ou!

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !