Live News

Fuite d’huile du MV Wakashio : une marée humaine de solidarité contre la marée noire

Ils n’ont pas attendu que les autorités s’organisent. Plusieurs ONG et des groupes de volontaires se sont mobilisés pour essayer de limiter les dégâts. C’est une course contre la montre qui a débuté le vendredi 7 août et qui s’est poursuivie activement pendant le week-end.

Bruneau Laurette : «Extraire un maximum d’huile»

Depuis le 6 août, un groupe de volontaires, dont Bruneau Laurette, a pompé plus de 50 tonnes d’huile lourde provenant du MV Wakashio. L’opération a été conduite grâce à une écumoire qui leur a permis de pomper l’huile solidifiée à la surface. « Grâce aux volontaires de la région qui sont familiers avec la marée et les courants à Pointe-D’Esny, nous avons pu circuler facilement et pomper plus de 50 tonnes d’huile en deux jours dans des cuves de 1 500 litres. On continue à le faire et notre objectif est d’extraire le maximum d’huile possible des eaux », explique Bruneau Laurette.  

Eco Mode Society tentera de placer des Duo Textile Screens

L’ONG EcoMode Society a lancé un appel national aux bénévoles afin qu’ils apportent leur aide, durant ce week-end, pour nettoyer les dégâts causés par le déversement de l’huile. Les Mauriciens ont répondu massivement à l’appel. À savoir que l’ONG EcoMode Society conduit cette opération avec l’aide du ministère de l’Environnement et celui de l’Économie bleue. « Nous avons d’abord établi un plan pour repérer les endroits affectés et ensuite nous avons réuni le matériel nécessaire, qui servira aux volontaires civils avec l’aide d’une équipe de la Mauritius Oceanography Institute, Albion Fisheries Research Centre et le Lions Clubs de plusieurs régions, entre autres. Le but est de nettoyer, à l’aide des équipements tels que des seaux et des pelles, et de tenter de mettre en place des Duo Textile Screens à travers lesquels nous récupérons le maximum d’huile dans les endroits affectés. En fait, les Mauriciens étaient tellement nombreux à répondre à l’appel que nous sommes à court d’équipements. Il y a un sens du civisme extraordinaire, où tout le monde se mobilise, se retrousse les manches et se présente à Pointe-d’Esny pour nous aider », dit Nadeem Nazurally, responsable de EcoMode Society.

Eco Sud et Rezistans ek Alternativ confectionnent des bouées en paille 

À Mahebourg, la mobilisation se poursuit de plus belle. La preuve, les membres de Rezistans ek Alternativ, d’Eco Sud et des volontaires sont à pied d’œuvre durant ce week-end pour confectionner des barrières de rétention d’huile avec de la paille en canne. À savoir que, dans la soirée du 6 août dernier, ils ont bravé le froid afin de créer un prototype qui a été mis dans l’eau et l’effort avait porté ses fruits. « Dès qu’on a validé que cela fonctionnait, on a lancé un appel aux citoyens et depuis, l’engouement est juste impressionnant. Grâce à cet élan, on a fabriqué des mètres et des mètres de bouées. Tant qu’on a de la paille, on confectionnera des bouées, en attendant que les autorités viennent pomper l’huile », indique David Sauvage, membre de Rezistans ek Alternativ.  

huile

L’aventure du Sucre : des bouées fabriquées à partir de 10 tonnes de paille en canne

Dans le nord de l’île, les citoyens se mobilisent également. En effet,  L’Aventure du Sucre, avec l’aide précieuse de l’usine centrale thermique Terragen, a fourni 10 tonnes de pailles de canne. Pour leur part, le groupe Hotels Attitude a fourni la main-d’œuvre pour la confection des bouées, qui s’est faite au Creative Park de Beau-Plan. « Nous avons accueilli énormément de personnes du nord, qui sont venues aider de leur propre chef à la confection des bouées en paille de canne, remplir les boudins et les coudre. C’est incroyable, tous les Mauriciens se mobilisent pour sauver les lagons. Nous lançons un appel aux bénévoles qui voudront se rejoindre à nous ou faire don des aiguilles, du nylon, des cheveux, des bas et des collants, qui sont nécessaires pour la confection des bouées », a indiqué un communiqué de la direction de L’Aventure du Sucre.  

Sov Lanatir se mobilise pour la construction de barrières métalliques

Sov Lanatir, une ONG regroupant de jeunes écologistes, quant à elle, tente d’établir le contact avec le ministère de l’Environnement afin de faire part de leur plan d’action, qui se base sur une politique mise en place en 1990. Durant le week-end, ces jeunes se sont mobilisés afin de construire des barrières métalliques. « Cette politique stipule que la première action nécessaire, dans le cas de fuite d’huile, est d’utiliser nos ressources naturelles, notamment la bagasse ou encore les noix de coco. Nous avons à notre disponibilité un nombre important de bagasse suite à la saison de récolte sucrière. De ce fait, nous contactons des usines sucrières afin d’avoir accès à ces matériaux nécessaires pour empêcher la nappe d’huile d’avancer. Le but, c’est de pousser le gouvernement à lancer un appel d’urgence nationale », exprime Krishna Pentayah, le président et fondateur de Sov Lanatir.   

Les étudiants de l’université de Maurice rejoignent l’élan de solidarité  

De leur côté, les étudiants de l’université de Maurice et plusieurs autres ONG ont fait un appel à des volontaires pour une campagne de nettoyage massive, ce week-end. Des bus, ainsi que des équipements, ont été mis à la disposition du public. Krishnee Appadoo, chargée de cours en droit de l’environnement à l’université de Maurice, a mis sur pied cette initiative en compagnie de son collègue Nadeem Nazurally. Elle travaille en étroite collaboration avec l’ONG EcoMode Society. « Enseignant le droit de l’environnement à l’université de Maurice, activiste et passionnée par la cause, je ne pouvais pas me lamenter derrière un écran en croisant les bras. Il fallait agir et c’est ce que j’ai fait en lançant un appel aux groupes d’étudiants de l’université de Maurice. Mon téléphone n’arrête pas de sonner. L’engouement des bénévoles est extraordinairement positif. C’est un signe que la jeunesse mauricienne a le sens du mauricianisme ».

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !