Législatives 2019

Fuite de certains documents bancaires - Ramgoolam : «Fabrication de toutes pièces»

Navin Ramgoolam sort de l’ombre. Depuis vendredi, des documents bancaires du leader du Parti travailliste qui tentent à démontrer qu’il aurait viré des millions du compte de son parti vers son propre compte sont en circulation.

Durant la nuit de samedi à dimanche, Navin Ramgoolam a réagi pour démentir « catégoriquement le contenu qui a été fabriqué de toute pièce avec objectif de me nuire et de manipuler l’opinion publique. »
Dans un « post » sur Facebook, il dénonce « cette action irréfléchie et antipatriotique qui a discrédité et ébranlé la confiance, bâtie depuis des décennies, dans nos institutions démontrent une ingérence accrue à tous les niveaux par les accapareurs de pouvoir. »

Dimanche, à la mi-journée, sur Instagram, Navin Ramgoolam affirme que « dès 2015, à l’époque des arrestations arbitraires du Central C.I.D je n’ai cessé de dire haut et fort que la dictature était bel et bien installée à Maurice.  Les années ont passé et les faits ont tristement démontré, que je n’avais pas tort. Toutes les accusations faites contre moi sont tombées les unes après les autres. Aucune charge n’a été portée contre moi alors que les informations étaient en possession de la police depuis 5 ans. »

Et d’ajouter qu’à la veille des élections, « mes adversaires sombrent dans l’illégalité et la malhonnêteté. Je reste concentré sur le défi de déloger les Jugnauth du pouvoir pour sauver le pays. Mon épouse Veena et moi sommes restés dignes devant le déferlement d’attaques injurieuses et mensongères. Nous ne dérogerons pas à nos principes. Nous garderons la tête haute et notre décence contre vents et marées. »

Dans un communiqué émis vendredi, la Mauritius Commercial Bank indique que ces documents faisant parties de ceux qu’elle avait remis aux autorités concernées « tombent directement sous le sceau du secret bancaire, avaient été remis aux autorités dans le cadre de deux enquêtes, pour lesquelles nous avons été tenus de coopérer ». L’institution financière s’est dissociée de la fuite de ces documents.

Navin Ramgoolam soutient, toujours sur Instagram, que « la dictature des Jugnauth descend à un niveau très bas et démontre comment elle a perverti le système et asservi les institutions dites indépendantes. Le communiqué de la Mauritius Commercial Bank Ltd laisse entendre que le Central CID, l’Icac et l’Integrity Reporting Agency de l’anglais Keaton sont à la solde du gouvernement des Jugnauth. »

Par rapport à la fuite elle-même, le candidat au poste de Premier ministre explique qu’« en tant que leader du parti Travailliste, avec feu Ah-Fat Law Hing Choy agissant comme trésorier, nous étions assurés que toutes les dépenses du parti étaient répertoriées correctement. Le public est sciemment induit en erreur. C’est la grande tendance de notre temps; les fake news. Les renseignements dont je dispose font état que d’autres vidéos et publications fallacieuses verront le jour incessamment ».

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !