Live News

Fratricide : Gabriel Desvaux écope de cinq ans de prison 

Il a agressé mortellement son frère pour défendre sa mère.

Le 24 février 2023, à Cap-Malheureux, il avait mortellement agressé son frère, Jean Noël Didier Benito Desvaux, âgé de 40 ans. Ce dernier avait tabassé leur mère alors âgée de 63 ans. Georges François Gabriel Desvaux, alias Gaby, âgé de 41 ans, a été condamné, le 29 mai 2023, à cinq ans de prison devant la cour intermédiaire. 

Publicité

C’est un verdict qui intervient cinq ans après les faits. Dans son arrêt, la magistrate Ranjeeta Rajkumarsingh dit avoir pris note que le défunt n’était pas armé au moment des faits, alors que son frère l’avait agressé avec une barre métallique. Elle ajoute toutefois qu’elle ne peut ignorer le fait qu’il y a eu mort d’homme.  De plus, elle a pris en considération les facteurs aggravants dans ce cas présent. D’où sa décision d’imposer une peine de cinq ans de prison à l’accusé. Elle a ordonné que les 507 jours que Gaby Desvaux a passés en détention préventive, soient déduits de sa condamnation.

Le 5 août 2021, le Directeur des poursuites publiques (DPP) avait instruit un procès formel contre Gaby Desvaux. Ce dernier faisait l’objet d’une accusation de coups et blessures ayant causé mort d’homme sans intention de tuer. Le quadragénaire avait plaidé coupable et présenté des excuses.

Source d’ennuis

Selon les faits, le 24 février 2018, Jean Noël Didier Benito Desvaux était ivre. Il s’était présenté chez ses parents et une dispute avait éclaté entre ses parents et lui. Il avait alors agressé sa mère de 63 ans. Celle-ci avait appelé Gaby à son secours. Ce dernier s’était précipité au domicile de ses parents à Cap-Malheureux. Il consommait également des boissons alcoolisées avec ses amis. 

En colère, il s’était emparé d’une barre métallique et avait infligé plusieurs coups violents à son frère qui tentait de prendre la fuite. Après son forfait, il avait quitté les lieux. Plus tard, son père l’avait informé du décès de son frère. Selon le rapport du médecin légiste, le Dr Maxwell Monvoisin, la cause du décès est due à une « haemorrhagic shock due to spleen laceration ».

À l’énoncé du verdict, la magistrate Ranjeeta Rajkumarsingh souligne avoir pris en compte que l’accusé a coopéré avec la police et a plaidé coupable. Elle note aussi que le défunt était une source d’ennuis pour ses parents qui avaient, à plusieurs reprises, porté plainte contre lui pour violences. Aussi, elle a tenu compte de l’état de santé de la mère de l’accusé. Elle a pris en considération que l’accusé a manifesté des remords durant le procès et aussi qu’il est à ses premiers démêlés avec la justice. Elle a souligné que la cour a un devoir d’envoyer un signal fort dans ce cas présent en raison de la gravité du délit.
 

  • n vous donne rendez-vous les 6, 7 & 8 octobre au SVICC à Pailles pour Le Grand Salon du Déstockage Maison & Jardin de 10h00 à 18h00.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !