Live News

France : 18 mois de prison requis contre l'auteur présumé de la gifle à Macron

Le parquet a requis jeudi une peine de 18 mois de prison contre l'homme qui a asséné une gifle au président Emmanuel Macron mardi lors d'un déplacement dans le sud-est de la France.

Cette gifle, "parfaitement inadmissible" est un "acte de violence délibérée", a soutenu le représentant du ministère public, face à Damien T., qui a reconnu les faits à l'audience. L'homme de 28 ans, cheveux long, t-shirt vert et lunettes sur le nez, était jugé en comparution immédiate à Valence.

Le procureur a réclamé un mandat de dépôt à son encontre.

Il s'est inquiété d'un possible risque de récidive, disant percevoir "une sorte de détermination froide" chez cet homme inconnu de la justice et membre d'associations "en lien avec les arts martiaux, le Moyen-âge et l'univers mangas".

Cette gifle infligée à Emmanuel Macron lors d'un déplacement à Tain l'Hermitage (sud-est) a suscité l'indignation de l'ensemble de la classe politique française, même si le président de la République a relativisé le geste, dénonçant des "faits isolés" commis par "des individus ultraviolents". 

"Cette décision sera observée, scrutée" et aura même "un écho médiatique international", a ajouté le procureur, Alex Perrin, tandis que les journalistes étaient présents en masse au tribunal.

Emmanuel Macron a de nouveau minimisé cet épisode jeudi, estimant que le pays n'est pas dans une situation de tension comme pendant la crise des "gilets jaunes" et préférant insister sur l'ambiance d'"optimisme" qu'il sent en France.

"Ce que je sens dans le pays, c'est de l'optimisme, c'est une volonté de retrouver la vie, c'est du dynamisme" et "beaucoup de gens veulent travailler à plein" alors que la crise sanitaire s'apaise, affirme le président français dans un entretien à la chaîne BFMTV, après avoir déjeuner avec l'équipe de France de football au centre d'entrainement de Clairefontaine (région parisienne), à la veille de l'Euro de football, qui débute vendredi.

Dans ce contexte, il indique ne pas sentir que "la société soit dans l'état" dans lequel elle se trouvait lors "des moments de très fortes tensions" qu'il a eu à connaître depuis le début du quinquennat comme "la crise des gilets jaunes".

"Ne faisons pas dire à cet acte imbécile et violent (la gifle) plus qu'il ne faut lui en faire dire", selon lui. "Il faut relativiser et ne rien banaliser" mais "ce n'est pas grave de recevoir une gifle quand on va vers une foule", ajoute-t-il.

Il refusé de se prononcer sur la comparution immédiate jeudi de l'auteur devant le tribunal.

Pour Emmanuel Macron, "la vraie violence, ce n'est pas ça" mais plutôt celle subie par "les femmes qui meurent sous le coup de leur compagnon et de leur mari" car "il y a encore trop de féminicides contre lesquels nous nous battons avec force", ou par les maires qui "sont agressés".

Interrogé sur sa possible candidature à un second mandat en 2022, Emmanuel Macron juge "intempestif" de répondre à cette question, en affirmant qu'il le ferait "au bon moment". Avant d'établir un parallèle avec le foot : "c'est comme pour une compétition. Si on pense à la demi-finale ou à la finale avant d’avoir joué le premier match de poule, c'est généralement comme ça qu’on rate celui-ci". "Les Français m’ont donné une mission pour cinq ans et je le ferai jusqu’au dernier quart d’heure, en étant engagé comme je suis depuis le premier jour, c'est-à-dire au maximum".
"A un moment la question de mon avenir personnel se posera et j’apporterai une réponse en toute franchise", a-t-il promis.

AFP

  • Shell Fuels

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !