Live News

Fourniture d’oxygène aux hôpitaux : les dessous des contrats controversés alloués à Samlo

Un appareil d’oxygène médical.
  • L’IRP qualifiait la décision de la Santé « d’irresponsable et imprudente »
  • Les contrats maintenus en raison d’un « Certificate of Urgent Public Interest »

La compagnie Samlo Koyenco Steel Co Ltd est au centre d’une controverse au sujet de la fourniture d’oxygène médical au ministère de la Santé. En cause : son incapacité à répondre à la hausse fulgurante de ces dernières semaines. Cette situation est considérée comme prévisible dans ce secteur car en 2017, l’Independent Review Panel (IRP), avait formulé de sévères critiques contre le ministère de la Santé pour avoir alloué des contrat sde plus de Rs 50 millions à cette compagnie qui ne disposait pas de grande expérience dans le domaine de l’oxygène médical. Cette mise en garde avait buté contre un certificat d’urgence  émis par le ministère. 

Le contrat alloué à la compagnie Samlo Koyenco Steel Co Ltd en 2017 par le ministère de la Santé pour fournir l'oxygène médical  dans nos centres de santé publics avait été sévèrement critiqué par l’Independent Review Panel (IRP). Les membres de ce panel avaient fait état d’une série de manquements autour des procédures d’appels d’offres pour l’approvisionnement de gaz médicaux tels que ‘oxygen gas’, ‘liquid oxygen’, ‘nitrous oxide gas’, ‘compressed air’, ‘carbon dioxide gas’, et du ‘liquid nitrogen’. 

Trois firmes avaient participé à l’exercice d’appel d’offre, notamment Samlo Koyenco Steel Co Ltd, Medical Gases JV et Compagnie Mauricienne de Commerce Ltée. C’est la firme Samlo Koyenco Steel Co Ltd qui avait raflé des contrats pour plusieurs produits pour la somme de Rs 51 611 167 tandis que Medical Gases JV avait obtenu des contrats de Rs 24 550 280 08 pour l’approvisionnement de six items alors que Compagnie Mauricienne de Commerce Ltée obtenait des contrats de Rs 6 037 500 pour l’approvisionnement d’un item. 

Facilités et équipements

Medical Gases JV avait alors eu recours à l’IRP afin de contester les contrats alloués à Samlo Koyenco Steel Co Ltd en mettant en avant le fait que la compagnie n’est pas un ‘established manufacture of medical gases and has no public record of supply of medical gas’. Medical Gases JV s’était dit convaincue que Samlo Koyenco Steel Co Ltd ne disposait pas des facilités et équipements ainsi que d’un système pouvant certifier un contrôle de qualité. De ce fait, Samlo Koyenco Steel Ltd n’a pas pu démontrer cela comme l’exigeaient les documents d’appels d’offre. Medical Gases JV avait également signalé le fait que l’emplacement de Samlo Koyenco Steel Ltd n’était pas approprié pour procéder à la production d’oxygène médical. La présence d’un fourneau qui émet des polluants sur le site de Samlo Koyenco Steel Co Ltd avait été considérée comme inappropriée par Medical Gases JV. Le ministère de la Santé avait cependant maintenu sa position en insistant sur le fait que les étapes d’évaluation et d’allocation de contrat avaient été effectués selon les dispositions de la Public Procurement Act. 

Failles

Les membres du panel ont pour leur part émis une série d’observation faisant état de failles tant au niveau des procédures de vérification par le Bid Evaluation Committee (BEC), qu’au niveau des éléments fournis par les représentants de Samlo Koyenco Steel Co Ltd pouvant prouver qu’elle disposait de l’expérience requise pour la production et la distribution d’oxygène médical. « In the panel’s opinion, none of the information submitted by the Selected Bidder provides evidence that he is an established manufacturer of medical gasses », peut-on lire dans les observations faites par les représentants de l’IRP. Par ailleurs, bien que le panel ait dit n’avoir aucun doute sur le fait que Samlo Koyenco Steel Co Ltd dispose d’une vaste expérience et connaissance dans le domaine de la fabrication, il incombait à cette compagnie de prouver que cette expérience et connaissance pouvaient servir à la production d’oxygène médical. 

Ministère de la Santé

Par ailleurs, après avoir pris connaissance du fait que le ‘selected bidder’ allait importer le ‘medical gases’ de Dubai, l’IRP n’a pas manqué d’émettre de sérieuses critiques contre le ‘Respondent’ qui dans ce cas précis se trouve être le ministère de la Santé. Les représentants de IRP ont en effet qualifié la décision d’allouer ce contrat à Samlo Koyenco Steel Co Ltd d’irresponsable et d’imprudente. « After considerations of the issues raised by the applicant, the panel is convinced that the respondent was irresponsible and imprudent, at best to award to Samlo a contract for the supply of ‘critical and lifesaving’ goods. »  
Ainsi, en considérant les éléments d’informations mis en avant, le panel a statué que l’exercice d’évaluation des offres reçues dans le cadre de l’appel d’offre était défectueux. Il a cependant été impossible pour les représentants de l’IRP d’ordonner l’annulation du contrat car le ministère de la Santé avait eu recours à un ‘Certificate of Urgent Public Interest’ et que la Public Procurement Act « does not not empower the panel to question or comment on, nor approve the Certificate of Urgent Public Interest. » L’IRP avait cependant ordonné à ce que les frais encourus par Medical Gases JV dans le cadre de cet exercice d’appel d’offre soient remboursés. Soit une somme de Rs 103 484.

Samlo : un chiffre d’affaire de Rs 185 millions 

Le chiffre d’affaire réalisé par Samlo Koyenco Ltée pour l’année 2020 est de Rs 185 220 256 alors que le profit réalisé par la compagnie pour la même période, se chiffre à Rs 921 124. Fondée en 1995, Samlo Koyenco Ltée est basée dans la région de Midlands. Si son activité principale consiste à la production en acier, elle a, au fil des temps, su se diversifier et a notamment créé la filiale Samlo Eros, qui est spécialisée dans le secteur du divertissement avec les salles de cinéma.

 


Mahen GowressooMahen Gowressoo, ancien ministre et un des directeurs de Samlo Koyenco Steel Co Ltd : « Entre février et novembre, la distribution est passée de 5 500 cylindres à 22 000 »

La demande des hôpitaux en oxygène médical a connu un véritable boom en l’espace de quatre mois seulement. C’est ce que nous a déclaré l’ancien ministre et un des directeurs de Samlo Koyenco Steel Co Ltd, Mahen Gowressoo. Pour avoir une meilleure indication de l’ampleur de la pandémie de la Covid-19 à Maurice, le directeur de Samlo soutient que pour le mois de février, la distribution de cylindres était de 5 500 par mois. Vers juillet, la distribution est passée à 7 900 cylindres par mois et rien que pour le mois de novembre, la distribution est passée à 22 000 cylindres par mois. En ce qu’il s’agit de la superficie des cylindres qui sont livrés par Samlo Koyenco Steel Co Ltd, Mahen Gowressoo avance qu’elles sont d’une capacité de 8,5 mètres cubes. Interrogé sur les conditions dans lesquelles sa compagnie a obtenu le contrat de distribution d’oxygène médical pour les hôpitaux, Mahen Gowressoo soutient que les prix pratiqués par sa compagnie sont nettement plus compétitifs. « Nous vendons un cylindre à moins de Rs 500 l’unité avec le ministère de la Santé alors qu’avant nous, le ministère de la Santé achetait un cylindre à un peu plus de Rs 2 500 l’unité. La stratégie de ma compagnie est de travailler avec une petite marge de profit. C’est pour cela que nous avons été choisis », fait-il part. Par ailleurs, bien qu’il se dise conscient du fait que le ministère de la Santé ait dû faire appel à deux autres opérateurs pour assurer la distribution d’oxygène médical dans les hôpitaux, l’ancien ministre fait ressortir que sa compagnie est pleinement capable de continuer à soutenir la distribution d’oxygène médical pour tous les hôpitaux du pays aussi bien que pour Rodrigues et Agaléga. « Depuis que nous avons observé cette hausse, nous sommes en train de faire tourner l’usine sur une base 24/7 afin de répondre à l’appel. Nous importons également de l’oxygène médical à partir des ISO Tank en provenance de Dubai d’une capacité de 21 tonnes chaque mois », assure-t-il.

 


Farad AumeerFarad Aumeer, député du Parti travailliste : « J’étais sûr que la fourniture d’oxygène allait finir par manquer »

« J’étais le premier à soulever la question d’oxygène médical au Parlement car il s’agit d’un paramètre essentiel dans le traitement contre la Covid-19 », nous a déclaré Farad Aumeer, député du Parti travailliste de la circonscription No 2 (Port-Louis Centre/Port-Louis Sud). Il soutient : « De par ce je témoigne au quotidien et ce qu’endurent les patients, j’étais sûr et certain que la fourniture d’oxygène allait finir par manquer », déclare-t-il. Ce dernier dit avoir été étonné du fait que malgré avoir donné des assurances sur le stock d’oxygène à Maurice, le ministre de la Santé, Kailesh Jagutpal à travers son ministère a, en urgence, été obligé de se tourner vers La Réunion pour l’approvisionnement en oxygène. « Cela nous permet donc de réaliser que les autorités mauriciennes n’étaient jamais prêtes pour faire face à la situation que nous vivons actuellement », s’indigne-t-il. Le député travailliste est aussi d’avis que le gouvernement mauricien aurait dû prendre les devants lorsque l’Inde avait été violemment secouée par la pandémie de Covid-19 qui avait fait plusieurs morts. « Plusieurs pays avaient à l’époque volé à la rescousse de l’Inde en termes d’équipements médicaux. Je me souviens que même Maurice avait offert de l’oxygène médical à l’Inde », souligne-t-il. En somme, pour le député, l’incapacité des autorités mauriciennes à proprement anticiper le pire et à retenir les propositions émises par l’opinion publique risque d’être très dangereux.

Farad Aumeer soutient avoir par exemple proposé d’investir dans l’acquisition d’‘oxgen concentrator’. « Il est vrai que l’oxygène provenant des ‘oxygen concentrators’ n’est pas aussi pur mais cela pourra tout de même à soulager le pays », fait-il ressortir. Le député dit également anticiper le pire concernant la disponibilité des lits. « Je suis le premier à le dire : à partir de la semaine prochaine, nous allons avoir une crise de lits. Nous aurons besoin de plus de lits pour admettre de nouveaux patients testés positifs à la Covid-19. Il est de ce fait important de venir de l’avant avec le concept d’un pont aérien médical avec l’île de la Réunion, l’Inde et l’Afrique du Sud. » Il plaide aussi pour la reconversion du complexe sportif de Côte d’Or et du Swami Vivekananda en centre de traitement exclusivement dédié à la COVID-19.


Gaz Carbonique Ltée : Chiffre d’affaires de Rs 19 millions 

C’est vers la compagnie Gaz Carbonique Ltée que le ministère de la Santé a décidé de se tourner afin de prêter main forte à Samlo Koyenco Ltée pour assurer la distribution d’oxygène médical dans les différents hôpitaux de Maurice. Fondée en 1959 par Roger Cayeux, la compagnie a, depuis, diversifié ses opérations et effectue actuellement la production ainsi que l’importation d’une variété de produits de gaz industriels et médicaux et emploie 120 personnes. Outre le secteur médical, Gaz Carbonique Ltée est également présent dans les secteurs de la construction, du brassage, la construction, l’acier et catering, entre autres. En ce qu’il s’agit de la situation financière de la compagnie, pour l’année 2019, la compagnie a réalisé un chiffre d’affaires de Rs 19 524 186 alors que ses profits se chiffrent à Rs 8 372 667. Le Défi Plus a tenté d’obtenir une déclaration auprès de la direction de Gaz Carbonique Ltée mais vainement. Une source émanant de la direction,nous a tout simplement déclaré que la compagnie est pleinement concentrée dans sa mission d’assurer la production et la distribution d’oxygène médical dans les hôpitaux afin de sauver la vie des compatriotes mauriciens.

Les dispositions prises par le ministère de la Santé 

Mardi dernier au Parlement, des députés de l’opposition ont interpellé le ministre de la Santé, Kailesh Jagutpal l’éventualité d’une pénurie d’oxygène médical pour les patients atteints de la Covid-19 mais le ministre n’a laissé transpirer aucune inquiétude à ce sujet et a même affirmé que la distribution d’oxygène a depuis tout temps été constante et qu’il n’y a à aucun moment eu une quelconque pénurie. Le ministre de la Santé a aussi affirmé que des dispositions ont été prises pour enquérir auprès de Gaz Industriels Ltée, Gaz Carbonique Ltée et Samlo Koyenco Steel Co Ltd afin de connaître leur capacité à fournir de l’oxygène tant au niveau de l’hôpital ENT qu’au niveau des autres hôpitaux sur une base quotidienne. Les Gaz Industriels Ltée a ainsi informé qu’elle venait de recevoir un tout nouvel équipement qui permet de connecter tous les hôpitaux du pays à une seule source d’oxygène. Ces installations ont déjà fait leurs preuves à Madagascar. La compagnie a également donné l’assurance qu’elle pouvait assurer la distribution de 20 tonnes d’oxygène médical à Rs 95 le kilo et que les équipements allaient être offerts gratuitement. La compagnie avait fait parvenir son offre le 10 novembre 2021 et le ministre de la Santé a affirmé qu’elle a été acceptée le même jour. Le ministre de la Santé a également révélé que les Gaz Industriels Ltée a obtenu un contrat pour l’approvisionnement de 15 oxygen concentrators. 

Panique à l’hôpital de Rose-Belle samedi 

Si les pourparlers entre Maurice et La Réunion ont permis à l’hôpital Jawaharlal Nehru d’obtenir un Oxygen Concentrator qui permet de produire de l’oxygène d’une pureté de 95 %, plusieurs infirmiers de l’établissement affirment que c’était la crise samedi dernier. Un infirmier qui était de garde ce jour-là nous confirme que les réserves d’oxygène étaient pratiquement à sec et qu’il a fallu utiliser une bonbonne pour permettre aux différents patients qui sont en phase d’intubation d’avoir de l’oxygène au compte-goutte. « C’était une situation affolante, on avait cru le pire mais heureusement qu’il n’y a pas eu décès », nous témoigne cet infirmier. Par ailleurs, bien que cet hôpital ait déjà reçu un Oxygen Concentrator, elle n’est cependant pas encore utilisable en raison de certaines installations électriques qui doivent être finalisées.  

Les Gaz Industriels Ltée

Fondée en 2008 à Madagascar, les Gaz Industriels Ltée, opère dans plusieurs pays d’Afrique dont Maurice, Kenya, Zimbabwe, Seychelles ainsi qu’à La Réunion. La compagnie est aussi bien présente dans le monde industriel que dans le domaine médical.

Disponibilité d’oxygène médical dans les hôpitaux  

  •  24 000 cubiques par jour à l’hôpital Jeetoo, Port-Louis.
  •  24 227 cubiques par jour à l’hôpital Nehru, Rose-Belle. 
  •  30 000 cubiques par jour à l’hôpital Bruno Cheong, Flacq
  •  40 370 cubiques par jour à l’hôpital SSRN, Pamplemousses

 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !