Live News

Fléau de société - Drogues : programmation spéciale sur Radio Plus ce jeudi

Drogue et toxicomanie. En tant que médias responsables, Radio Plus, Télé Plus et Le Défi Media Group ne sont pas insensibles à ce fléau qui gangrène notre société. La journée du jeudi 18 octobre sera dédiée à une sensibilisation nationale. L’antenne de Radio Plus sera ouverte au public de 9 heures à 16 heures. Puis il y aura « Le Grand Journal ». Le film-documentaire « Stop : Maurice au bord de l’overdose », réalisé par les rédactions, sera lancé pour l’occasion.

Le rapport de la commission d’enquête sur la drogue, présidée par l’ex-juge Paul Lam Shang Leen, a été rendu public le vendredi 27 juillet. Environ trois mois après, où en sommes-nous ? Devrons-nous attendre encore longtemps pour venir à bout du fléau de la drogue ? Nawaz Noorbux, directeur de l’information de Radio Plus, et Jean-Luc Émile, chef d’édition à Radio Plus, tenteront de venir avec des réponses concrètes.

« Nombreux sont ceux qui se souviennent de la première commission d’enquête sur le trafic de drogue présidée par sir Maurice Rault. Le rapport a été publié en mars 1987. Trente-et-un ans plus tard, il y a eu la publication d’un deuxième rapport. Depuis, qu’est-ce qui a changé ? » se demande Jean-Luc Émile.

Nawaz Noorbux, abonde dans son sens. « Cette idée me trotte dans la tête depuis un moment. Nous entendons tous les jours des cas de jeunes touchés par la drogue. C’est un problème qui interpelle chacun de nous : moi en tant que père de famille, de même que d’autres parents et les travailleurs sociaux. »

«Petite contribution»

Nawaz Noorbux et Jean-Luc Émile.
Nawaz Noorbux et Jean-Luc Émile.

S’il déplore le fait que la drogue soit devenue un véritable fléau, il se dit surtout préoccupé par les cas de drogue synthétique dans le milieu scolaire. « Nul n’est à l’abri. Avec Radio Plus, nous ne prétendons pas pouvoir résoudre le problème, mais nous souhaitons apporter notre petite contribution. Nous espérons pouvoir trouver des propositions valables », précise le directeur de l’information de Radio Plus.

Ce jeudi, de 9 heures à 16 heures, les auditeurs retrouveront en fil rouge Nawaz Noorbux et Jean-Luc Émile. La parole sera donnée aux personnes concernées par ce fléau : travailleurs sociaux, recteurs, Parent Teachers’ Associations, politiciens, autorités et membres du public. Ils seront appelés à témoigner ou à proposer des solutions concrètes pour combattre ce fléau. Parmi ceux qui seront sollicités à l’antenne, il y aura Brian Pitchen, Danny Philippe, Ally Lazer, Lindsay Thomas, la ministre de l’Éducation Leela Devi Dookun-Luchoomun, Cadress Rungen, Françoise Labelle, Shakeel Mohamed, Alan Ganoo et bien d’autres.

Le Grand Journal, diffusé entre 16 heures et 18 heures, s’articulera lui aussi autour de ce thème. Le chef d’édition recevra des invités. Un plateau spécial sera installé sur le parking de Radio Plus, à la rue Labourdonnais, Port-Louis. Ceux souhaitant témoigner y seront accueillis. Les lignes 208 4999, 208 5999 et 207 0666 seront ouvertes aux auditeurs. L’émission sera diffusée en live streaming sur la page Facebook du Défi Media Group.

Dans la foulée, Jean-Luc Émile, avec l’apport de la production éditoriale de Télé Plus et les journalistes de la rédaction de Radio Plus, a travaillé sur un film-documentaire intitulé Stop : Maurice au bord de l’overdose. D’une durée de 52 minutes, celui-ci fait un état des lieux trois mois après la publication du rapport Lam Shang Leen. Il pourra être visionné à partir de 7 heures, le jeudi 18 octobre sur www.defimedia.info

" "

La production éditoriale de Télé Plus se penche sur le montage du film-documentaire.

Ce film-documentaire a nécessité un mois de travail. L’équipe a sillonné l’île jour et nuit pour aller à la rencontre des travailleurs sociaux, des usagers de la drogue, des trafiquants, des proches des victimes et des autorités. L’œuvre se penche aussi sur le problème de drogue dans les établissements scolaires. « Nous étions choqués et émus pendant que nous recueillions les témoignages. Nous avons sollicité les autorités qui font le même constat accablant. Elles nous parlent de leurs inquiétudes », conclut Jean-Luc Émile.