Live News

Fiscalité : «Une discrimination envers les Mauriciens de souche. C'est révoltant et anticonstitutionnel»

Les mesures fiscales annoncées jeudi dans le Budget 2020-21 par le ministre des Finances, Renganaden Padayachy, font débats. Parmi, il y a la Solidarity Levy qui passe de 5% à 25%. Le prélèvement sur le montant excédentaire du revenu imposable et des dividendes perçus par un citoyen mauricien résident sur le territoire sera désormais de 25 % à partir du seuil de Rs 3 millions par an. Ce prélèvement de solidarité sera payable sur la base du Pay As You Earn (PAYE).

L'ex-ministre des Finances, Rama Sithanen, qui était l'invité de l'émission Au Coeur de l'Info sur Radio Plus ce vendredi, a affirmé que cette mesure est «discriminatoire et anticonstitutionnelle».  

«C'est la première fois dans l'histoire de Maurice que nous traitons les Mauriciens comme des 'second class citizens'. J'ai téléphoné pour obtenir de plus amples détails. Tout le monde a été choqué. Si vous êtes Mauriciens, vous payez. Si vous avez eu de la chance de faire des études et que vous touchez un salaire mensuel de Rs 225 000 vous devriez payer non pas 40 % d'impôts, mais 43 % si on ajoute les 3 % de contribution générale [selon la formule qui sera utilisée dans le nouveau mécanisme qui remplacera le National Pension Fund, Ndlr]. Si vous êtes un étranger et que vous n'avez rien fait pour le pays, vous ne paierez que 20 % d'impôts. Je trouve cela une discrimination. C'est anticonstitutionnel ! » lance Rama Sithanen.

L'ex-ministre des Finances affirme qu'il trouve «révoltante» cette mesure. «Je lance un appel au Premier ministre et ministre des Finances pour qu'ils corrigent cette discrimination. De toute facon, OECD (Organisation for Economic Co-operation and Development)   pou assiz ek zot ! Je pense qu'on doit contester cela en Cour.»

Rama Sithanen est d'avis qu'en augmentant les impôts de cette manière «nous changeons un des piliers ayant contribué à la réussite de notre pays depuis la réforme économique en 2006. Nous avons misé sur une fiscalité légère. Nous ne sommes pas Singapore ou Hong Kong. Avec une fiscalité de 40 %, Maurice deviendra un 'very high taxe country'. Les investisseurs réfléchiront à deux fois avant de venir à Maurice. Des Mauriciens voudront émigrer. Les Mauriciens qui sont à l'étranger ne voudront pas retourner. Cette mesure tuera l'entreprenariat. [...]Le principe de taxer l''income' n'est pas bon. 'You are not sending the right signal to the entrepreneur'», conclut Rama Sithanen.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !