Actualités

First Offenders et Habitual Criminals : la classification des détenus sera réintroduite

D’importants dispositifs, comprenant la classification des détenus, seront mis en application à la prison afin de déjouer tout trafic de drogue. Ils vise aussi à briser toute connivence entre First Offenders et Habitual Criminals, annonce le commissaire des prisons, Vinod Appadoo, au Défi Quotidien.

L’administration carcérale ne compte pas baisser les bras dans sa volonté de combattre le trafic de drogue et démolir toute connivence entre High profile Detainees et First Offenders dans les centres de détention du pays. 

La classification des détenus sera, selon nos recoupements, réintroduite. Cette méthode de classification est l’une des clauses du ‘Standard minimum rules for the treatment of prisonners’.

« Dans le passé, cette classification des détenus était respectée expliquent des hauts gradés, mais face au surpeuplement (Ndlr : il y a une vingtaine d’années) l’administration de la prison a revu sa copie. Depuis, la ségrégation des détenus n’est plus à l’ordre du jour. Ainsi, des primo-délinquants (First offenders) se retrouvent enfermés avec des récidivistes (Habitual criminals) ce qui favoriserait de mauvaises fréquentations et récidives. »

« La ségrégation est en cours », indique le commissaire Vinod Appadoo rencontré à la prison centrale. « C’est l’un des mécanismes visant à déjouer la connivence entre les trafiquants opérant dans les divers centres pénitentiaires. Nombre de mesures ont été mis en oeuvre dans le but d’éviter tout rapprochement entre criminels endurcis d’autres gangs. » 

Ensuite, les détenus étrangers placés en  détention préventive à la prison de Beau-Bassin sont séparés de ceux qui purgent leurs peines à la prison de Melrose. « Autrefois, dans la prison les détenus mauriciens et étrangers se côtoyaient. Une connivence qui favorisait le trafic de drogue à la prison. Les trafiquants sont désormais sous surveillance stricte. Leurs cellules sont fouillées tous les deux jours pour vérifier qu’ils ne possèdent pas de portables », précise le commissaire.


‘Residential training’ pour les recrues

Une première à la prison. Les 77 nouvelles recrues (trois femmes et deux éléments de Rodrigues) entameront leurs entraînements résidentiels. Leurs quartiers se situent à la prison centrale de Beau-Bassin. Le dévoilement de l’espace a eu lieu lundi matin. 

Devant la presse, Vinod Appadoo a, une fois de plus, lancé un vibrant appel aux recrues en les exhortant à  résister à toute tentation. Il a ensuite évoqué ses projets pour la prison, étant donné le renouvellement de son contrat de commissaire. « Nous voulons être autosuffisants en légumes bio et la réalisation d’un ‘net house’ est prévue, ainsi que l’élevage de poules. La prison deviendra autosuffisante à terme. »