Live News

Finances : les nuages s’accumulent sur le tourisme mauricien

tourisme

À la quasi-stagnation dans le nombre d’arrivées s’ajoute le phénomène de baisse continue dans les recettes touristiques.

L’investisseur à la Bourse de Maurice en est conscient rien qu’en se basant sur la performance des valeurs hôtelières depuis le début de l’année.

En janvier, les revenus touristiques ont chuté à Rs 6,18 milliards, affirme la Banque de Maurice dans son bulletin mensuel sur les transactions bancaires. Ce montant est en baisse de 6,6 % par rapport au même mois en 2018. C’est la quatrième fois en cinq mois (septembre à janvier) que les recettes sont en recul. Qui plus est, ces baisses successives interviennent dans la période dite de haute saison, où tous les opérateurs engrangent des revenus élevés et affichent des profits.

Cette tendance baissière est porteuse de mauvaises nouvelles pour cette industrie faisant vivre de manière directe et indirecte quelque 100 000 personnes. D’une part, le tourisme est l’un des principaux piliers de l’économie mauricienne et le flux aide dans la balance de paiements. D’autre part, l’industrie touristique est une riche source de devises étrangères (euro, dollar et livre sterling), essentielle à l’importation.

La première raison motivant la chute des revenus par Rs 437 millions en janvier 2019 comparé à janvier 2018, est une dépréciation de l’euro et de la livre sterling face à la roupie (reflétant une situation mondiale). L’euro est la première monnaie pour le tourisme compte tenu que l’Europe et La Réunion représentent notre principal marché. L’euro a chuté d’une roupie si on se base sur le taux de change. La livre sterling est en recul de 80 sous sur la période.

La troisième raison est la chute dans les arrivées par avion. Pour le mois de janvier 2019, Statistics Mauritius a fait état d’une progression de 1,1 % dans le nombre de touristes. Cette croissance masque le fait que les arrivées par avion – ceux qui dépensent le plus comparé aux croisiéristes – ont baissé de 2,3 %, avec une réduction du flux de touristes venant de la France, La Réunion et de l’Europe.

Les visiteurs français et britanniques semblent délaisser la destination mauricienne pour favoriser des destinations plus proches et plus abordables. Ainsi, les hôtels de grand standing se retrouvent avec un nombre moindre de clients.

Révision à la baisse

Sans une forte reprise à la hausse au cours des prochains mois (incluant la basse saison), on se dirigeait vers une révision à la baisse des estimations pour les arrivées et les recettes. Sur janvier et février, la croissance est de 0,6 % seulement alors que Statistics Mauritius table sur une hausse de 3,6 %. Les recettes, selon la Banque de Maurice, devraient croître de 5,4 % pour passer à Rs 67,5 milliards. Or, pour le mois de janvier, les recettes ont évolué en direction opposée.

Avec le tourisme qui risque d’avoir une santé chancelante durant tout le premier trimestre de 2019, c’est tout à fait logique que les principaux groupes hôteliers présents à la Bourse de Maurice reflètent cette situation difficile. Le point sur les trois grands opérateurs.

New Mauritius Hotels Limited, premier groupe hôtelier du pays, a perdu 9,4 % de sa valeur depuis le début de l’année avec le prix de l’action passant à Rs 19,35 à vendredi. Sun Limited a glissé de 9,3  % pour atteindre Rs 43,55. Et Lux Island Resorts Limited a glissé de 9,1 % pour se situer à Rs 65 l’action au 22 mars dernier.