Politique

Financement des partis politiques - Paul Bérenger : «Difficile de croire que le MSM accouchera d’une bonne loi»

paul berenger

Le Mouvement militant mauricien (MMM) a réuni la presse samedi matin à Ebène. Le leader du parti, Paul Bérenger, a abordé la loi sur le financement des partis politiques, la réforme électorale, l’audition de l’homme d’affaires angolais Alvaro Sobrinho par l’ICAC et le rapport des Nations unies sur la discrimination raciale, entre autres.

« Les deux textes de loi concernant le financement des partis politiques et la réforme électorale devaient supposément être prêts et dûment soumis au Conseil des ministres. Mais il n’y a rien eu de tout cela. Ces deux dossiers sont prisonniers des divers comités ministériels menés par le Premier ministre, Pravind Jugnauth. Mo pou gueté si zot vinn de lavan avek enn vre reform. Concernant la loi sur le financement des partis politiques, c’est difficile de croire que le MSM accouchera d’une bonne loi », a avancé Paul Bérenger, lors de sa conférence de presse hebdomadaire.

Alvaro Sobrinho

Concernant l’audition de l’homme d’affaires Alvaro Sobrinho par l’Independent Commission Against Corruption (ICAC), le leader du MMM a fait ressortir qu’il y a « beaucoup de questions qui demeurent toujours sans réponse ». Il semble avoir flairé un « deal, pour ne pas dire complot entre Pravind Jugnauth et l’ICAC ». Selon Paul Bérenger, le but du deal est de « dégager des dossiers contre Ameenah Gurib-Fakim, certains membres du gouvernement et ceux du MSM ». « Mais aujourd’hui, plus que jamais nous n’avons aucune confiance en l’ICAC. Le départ d’Alvaro Sobrinho est surprenant. C’est ce qui m’amène à conclure que ces deux dossiers seront complètement éclaircis après les prochaines élections générales », poursuit-il.

Nations unies

L’Attorney General, Maneesh Gobin, a été égratigné par Paul Bérenger lorsque ce dernier faisait allusion au rapport du comité des Nations unies pour l’élimination de la discrimination raciale. « Nou Attorney General inn bien fané ! Linn fer Moris perdi poin », a martelé le leader du MMM. Selon Paul Bérenger, Maneesh Gobin aurait dû étudier les précédents rapports avant de se rendre devant les Nations unies. Il demande que le rapport ne soit pas négligé.