Faits Divers

Fin tragique de Rishi Seetharamdoo - Sa fiancée : «Nous allions nous marier à la fin de nos études»

Rishi Seetharamdoo Rishi Seetharamdoo

Le temps s’est arrêté chez les Seetharamdoo, à Les Salines. Rishi, 25 ans, qui faisait la fierté de la famille, a connu une fin tragique.

Le 2 juin dernier, Rishi Seetharamdoo a été victime d’un accident de la route à Calebasse, alors qu’il était à motocyclette. Il a heurté une femme de 59 ans qui traversait la route. Cette dernière a été grièvement blessée. Au bout de neuf jours d’hospitalisation, le jeune homme a rendu son dernier souffle. « Nous attendions la fin de nos études pour nous marier », nous dit sa fiancée Yashna, inconsolable.

Il n’a jamais manqué de respect à personne. ‘Zot tou ti kontan li. Linn les enn vid ki pa pou kapav komble’ »

Rishi se proposait de faire des études dans le domaine de la finance à l’université de Maurice. Son père Bhim est dévasté depuis cette tragique perte. « Ce enn gran pert », lâche-t-il. Rishi, dit-il, était apprécié de tout son entourage. « Il n’a jamais manqué de respect à personne. Zot tou ti kontan li. Linn les enn vid ki pa pou kapav komble », poursuit notre interlocuteur. 

Ancien étudiant au collège Eden de Port-Louis, Rishi travaillait comme merchandiser à RT Knits depuis quatre ans. « Il était appliqué dans son travail. Quatre jours avant son accident, il avait obtenu une augmentation pour ses bons et loyaux services. Il faisait partie des meilleurs employés de sa compagnie », explique son père.

«Fils exemplaire»

Bhim garde en mémoire l’image d’un fils qui avait la tête sur les épaules. « Je suis le père de trois enfants et il était l’aîné. C’était un fils exemplaire pour sa sœur et pour son frère, qui est encore au collège », explique-t-il. Durant son temps libre, il aimait particulièrement jouer aux jeux vidéo. « Il en était vraiment accro. Sinon, il se rendait au gymnase », se souvient Bhim.

Rishi avait également une fiancée, Yashna, avec laquelle il projetait de poursuivre son avenir. « Nous nous sommes rencontrés sur notre lieu de travail. Dans deux mois, cela aurait fait deux ans que nous étions ensemble », nous dit Yashna en larmes. La jeune femme nous explique qu’elle a également commencé des études à l’université.  Leur rêve de se passer la corde au cou s’est envolé dans l’après-midi du 2 juin. 
« Quelques jours avant son accident, nous étions ensemble. Je lui ai dit que je voulais manger du chop suey, mais nous n’avions pu en acheter. Samedi le 2 juin, au matin, il s’est occupé de sa motocyclette. Puis, dans l’après-midi, il devait venir me rendre visite. Linn telefonn mwa, linn demann mwa : ki to pou manze bb », se souvient Yashna. « Avant que Rishi ne quitte, ce jour-là, la maison, il a demandé à sa mère où il pouvait acheter du chop suey », nous dit Bhim. Nul ne pouvait imaginer qu’il avait rendez-vous avec la mort. 

En effet, après avoir acheté ce plat d’un restaurant, le jeune homme a eu un accident de la route à Calebasse en allant chez sa fiancée à Pamplemousses. Une quinquagénaire qui traversait la route a été heurtée par la motocyclette de Rishi. Les deux ont été grièvement blessés. La nourriture qu’il avait prise pour sa fiancée s’est répandue sur l’asphalte, se remémore douloureusement le père du jeune homme.

« Il avait subi plusieurs fractures », se désole-t-il. Admis à l’unité des soins intensifs, le jeune homme a rendu son dernier souffle le 10 juin. « Il est temps que les autorités agissent pour éviter ces morts sur nos routes. La route à Calebasse est dangereuse. Il faut mettre des mains-courantes », lâche Bhim.  « Mon fils laisse un grand vide désormais. J’avais fondé tant d’espoir sur lui » ne cesse de sangloter Bhim Seetharamdoo. 

Quant à la seconde victime, son état de santé de inspire toujours de vives inquiétudes.