Live News

Fille de la tiktokeuse Izna Gulzar : comme sa maman, Prachi Gulzar, mécanicienne, se fait persécuter sur TikTok 

À travers ses vidéos TikTok, la jeune femme souhaite démontrer qu'une femme ne doit pas avoir honte d'avoir la main dans le cambouis.

Dure d'être la fille d'une star de TikTok. Prachi Gulzar, 20 ans l'a vite compris. La fille d’Izna Gulzar, qui embrasse depuis peu une carrière dans la mécanique, se fait lyncher sur la plateforme. Rabaissée pour avoir choisi un tel métier, elle fait fi des commentaires et ‘posts’ des vidéos d'elle en ‘overall’ de mécanicienne. Elle se confie.

Prachi Gulzar, fille de Izna Gulzar, a subi des moqueries sur TikTok.
Prachi Gulzar, fille de Izna Gulzar, a subi des moqueries sur TikTok.

Tout doit être pris avec des pincettes sur TikTok. Prachi Gulzar l'a découvert lorsqu'elle a intégré cette plateforme. Il faut dire que comme sa mère Izna Gulzar qui compte plus de 306 000 abonnés sur TikTok, Prachi Gulzar a très vite gagné en popularité avec ses vidéos qui cumulent les 200 000 vues. Bien que le métier de mécanicien intéresse de plus en plus de femmes aujourd'hui, certains ont encore du mal à briser les idées reçues. 

Pour Prachi Gulzar, c'est son choix de carrière qui a été remis en question par les internautes. « Certains me disent que je n'ai pas fini l'école c'est pour cette raison que je suis devenue mécanicienne. On me traite de tous les noms », lance Prachi Gulzar. Frustrée par de tels commentaires et des préjugés, la jeune femme avoue revivre le calvaire par lequel est passée sa mère. En effet, Ies vidéos d'Izna Gulzar et celles de sa famille sont souvent reprises et critiquées sans raison. Prachi Gulzar décrit cela comme de la méchanceté gratuite.

La jeune femme raconte son parcours académique. « Lorsque j'ai terminé la Forme V, je me suis inscrite à des cours à l'École Hôtelière Sir Gaëtan Duval, même si au fond ce n'était pas ce que je voulais faire. Comme la réponse tardait, ma tante qui exerce comme enseignante m'a conseillé de choisir un métier plus rare pour une femme : électrique, plomberie ou mécanique », se souvient-elle. Finalement, elle opte pour la mécanique et suit ses cours au MITD, à Piton. 

Si au début, Prachi Gulzar ne portait pas un grand intérêt pour cette filière, cependant elle a développé un réel amour pour la mécanique au fil de ses études. Ses parents étaient aussi choqués de son choix d'études. « Ils me disaient que j'étais une fille et que j'allais avoir la main dans le cambouis et la graisse tous les jours. »

Ce sont des lâches qui se cachent derrière de faux profils."

Aujourd'hui, notre interlocutrice n'hésite pas à mettre la main à la pâte et travaille comme mécanicienne au garage Sanashee, à Port-Louis. « Choisir un métier d'homme n'est pas une honte, bien au contraire. Vous serez critiquées au début, mais je suis convaincue que les femmes sont capables d'être égales dans la mécanique », explique Prachi Gulzar. 

À 20 ans la jeune femme a choisi de faire carrière  dans la mécanique.
À 20 ans la jeune femme a choisi de faire carrière 
dans la mécanique.

Son souhait est de travailler en agence avant d’avoir une débouchée à l'étranger.

Des «trolls» sur sa famille

« J'ai toujours accepté et encouragé ma maman à faire des vidéos TikTok. D'ailleurs, je suis un de ses premières fans, mais je ne suis pas d'accord lorsque les gens portent atteinte à ma famille avec des 'trolls' », lance-t-elle. Bien qu'elle n'ait pas un aussi fort caractère que sa maman, il lui arrive parfois de monter au créneau pour défendre sa famille.

Les premiers pas de Prachi Gulzar sur TikTok ont débuté l'année dernière lors du premier confinement. C'est sur le profil de sa maman qu'elle consultait TikTok. « J'ai commencé par faire des vidéos en famille puis des vidéos de mode et de danse », raconte-t-elle. Si Prachi et Izna Gulzar diffèrent en termes de caractère, mais ce n'est pas pour autant que la jeune femme se laisse faire. « Les trolls ont un impact sur notre famille. À la longue, ma mère nous a appris à devenir solide et ne pas prendre en considération les commentaires négatifs. Pour nous, c’était un moment amusant en famille », explique-t-elle. 

Et de poursuivre que la première fois qu'elle a affiché son métier de mécanicienne sur TikTok  les commentaires négatifs et injurieux y ont fusé et des mêmes commentaires se sont enchaînés sur son live. 

Et quand elle avait commencé à travailler dans un garage, Prachi Gulzar entendait certains commentaires comme : « Enn tifi ki pe fer mekanisien kot lemond pe ale. C'était assez décourageant, mais j'ai montré ce que j'étais capable de faire. Mon amour pour la mécanique n’a cessé de grandir de jour en jour ».

Sa maman Izna Gulzar reste sa plus grande inspiration. « Les 'trolls' sont devenus systématiques pour elle et j'admire son courage. Les gens nous reconnaissent en public et nous saluent, mais dans les commentaires certains sont blessants. Ce sont des lâches qui se cachent souvent derrière de faux profils », souligne-t-elle.
 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !