Live News

Fermeture dans le cadre des travaux du métro express : calvaire au quotidien à Curepipe et Quatre-Bornes

Les rues sont mal asphaltées à certains endroits, déplorent les citadins.

La deuxième phase du Metro Express reliant Quatre-Bornes à Port-Louis, est annoncée pour le mois d’avril/mai. Entre-temps, quelques citadins se plaignent de leur quotidien en raison de la fermeture de certaines routes. Ils déplorent le manque de policiers ou encore le retard causé par les diversions. 

Il faut prendre son mal en patience. C'est en ces termes que s'est exprimée Françoise, une habitante de Floréal. Selon elle, depuis la fermeture de la rue Sivananda, tous les véhicules qui se rendent à Curepipe doivent passer par Floréal en raison des diversions. « On perd pas mal de temps sur la route. J’habite à Floréal et il me faut au minimum 30 minutes pour me rendre au centre commercial de So'flo. Les embouteillages commencent dès la matinée, ce n'est pas évident », indique-t-elle.

De son côté, Béa A., une habitante de Curepipe Rd, est, certes, pour le progrès, mais pas au détriment d'autre chose. « L’abattage des arbres a causé énormément de poussière. Avec la pollution, cette rue est méconnaissable, sans oublier la fermeture des routes qui cause des embouteillages », dit-elle.  Auparavant, les habitants de la localité empruntaient la rue Sivananda pour se rendre à Phoenix en quelques minutes. Désormais, ils sont obligés de passer par Floréal ou Eau-Coulée. Heureusement, les panneaux indiquant les diversions sont visibles, mais tel n’est pas le cas  à Quatre-Bornes, fait remarquer Miven* (nom modifié). Selon lui, il  est devenu très difficile de circuler dans la ville des fleurs. « Le trajet de La Louise à St-Jean est un véritable cauchemar. Pour arriver à Port-Louis vers 8h00, il faut prendre la route à 6h00 du matin, au cas contraire vous ne serez jamais à l’heure à cause des embouteillages. C’est particulièrement difficile pour les personnes qui prennent l’autobus », dit-il. 

metro

Les commerces affectés

Miven est d’avis que le problème découle d’une mauvaise planification. « De Paillotte en direction de La Louise ou Belle-Rose, les embouteillages monstres sont fréquents. Il y a plusieurs feux de signalisation à Quatre-Bornes et avec les diversions, plusieurs rues sont devenues des voies à sens unique, ce qui retarde grandement le trafic », fait-il remarquer. 

Les travaux impactent considérablement le chiffre d’affaires des commerces avoisinants. C’est ce que confirme Nazeerah. Cette gérante d'un magasin de meubles affirme qu'à la route St-Jean, plusieurs commerces se retrouvent en difficulté. « Le chiffre d'affaires a chuté de 80 % et il a été difficile d’écouler les produits en décembre », relate-t-elle. L’avenir de son entreprise a été plusieurs fois remis en question. 

« Je travaille ici depuis 21 ans. Des commerces ont fermé leurs portes, mais nous essayons de survivre, mais c’est particulièrement ardu », confie la commerçante. Elle déplore le fait que chaque organisme impliqué dans les travaux travaille à leur rythme. « Il n'y a pas d'heure fixe et les excavations devant le magasin se font à toute heure. Le passage pour les clients est sans cesse obstrué », conclut-elle. 

Sollicitée pour une réaction, Nawsheen Aullybux, responsable de communication de Larsen & Toubro soutient qu’au niveau de la fermeture des routes, un Traffic Master Plan a été développé et approuvé par les différentes parties prenantes. Ce sont, entre autres, le Traffic Management and Road Safety Unit (TMRSU), la Police, la Road Development Authority (RDA) et les autorités locales, entre autres. « Quand toutes les parties ont donné leur feu vert, un plan a été établi.» De plus, elle rappelle que des communiqués de presse ont été envoyés aux divers médias et publiés également sur les  réseaux sociaux. De surcroit, des panneaux de déviation ont été placés aux endroits stratégiques.

Des campagnes de communication sont faites auprès des principaux concernés, notamment les habitants.  Des flyers sont aussi distribués. « Une fois cette étape franchie, un suivi régulier est fait pour veiller à la situation de près et prendre contact régulièrement avec les habitants pour s'enquérir de leurs doléances », assure-t-elle.

Sécurité sur les routes 

De son côté, un préposé du Metro Express Ltd (MEL) soutient que les autorités concernées veillent au grain sur leur sécurité. « Nous ne faisons pas de compromis. Des Quality, Health, Safety and Environment (QHSE) patrol sont effectués toutes les semaines le long des voies avec toutes les parties concernées. Le but est  d’identifier tous les risques d'insécurité qui peuvent surgir et superviser la qualité et la sécurité du site concerné », indique-t-il.

De plus, les cadres, les députés et les Private Parliamentry Secretaries, ainsi que les maires des différentes villes font régulièrement des visites pour s'assurer de la sécurité des usagers de la route.

metro
Selon MEL et Larsen & Toubro, plusieurs panneaux ont été placés.

Trois mois de travaux

Interrogés au sujet de la fin des travaux, la responsable de Larsen & Toubro, ainsi que le préposé de MEL sont sur la même longueur d'onde. « Les travaux à l’avenue Victoria font partie de la phase 2 A et il est prévu que Quatre-Bornes soit connecté au réseau du Metro Express au mois d’avril », soutient le préposé du MEL. Pour sa part, Nawsheen Aullybux, indique que pour la phase de Quatre-Bornes, les travaux du Métro Express s'arrêteront à la gare pour l'heure. « Les travaux de la route St-Jean seront livrés avec la phase de connexions qui relieront Quatre-Bornes à Vacoas et Curepipe respectivement », conclut-elle.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !