Actualités

Ferme éolienne à Plaine-Sophie : le CEB a reçu Rs 8,3 M comme pénalité

Ivan Collendavelloo. Ivan Collendavelloo.

Le projet de construction d’une ferme éolienne à Plaine-Sophie fait désormais l’objet d’une enquête policière. C’est ce qu’a révélé le Premier ministre adjoint, Ivan Collendavelloo, à l’Assemblée nationale, le mardi 16 avril. Le ministre des Utilités publiques a affirmé que deux banques ont émis des doutes sur certains documents du promoteur.

«La production annuelle d’énergie est estimée à environ 50 MW, soit 2 % de la production totale d’électricité », indique le ministre Ivan Collendavelloo sur le projet éolien. Il répondait à une interpellation du député Osman Mahomed. Le Premier ministre adjoint a indiqué qu’un investissement de Rs 1 milliard était nécessaire pour ce projet. « Le promoteur avait mentionné que des investissements de Rs 435 millions et de USD 49 millions, soit un total de Rs 1 milliard, étaient nécessaires. »

Le ministre des Utilités publiques a relaté que le promoteur avait réclamé un délai d’extension jusqu’au 12 août 2019, comme l’avait indiqué Le Défi Quotidien dans son édition du 1er décembre 2018, intitulé « Projet de ferme éolienne à Plaine-Sophie : le CEB impose une pénalité de Rs 1,4 M à Suzlon Padgreen Co. Ltd ». Le 21 novembre 2018, le promoteur a déclaré au Central Electricity Board (CEB) que les travaux avaient été finalisés à 42 %. « En raison du retard, le promoteur a déjà payé une pénalité de Rs 8 349 924,66 millions incluant des intérêts », a annoncé le ministre Ivan Collendavelloo.

Selon les dires du Premier ministre adjoint, le CEB mène actuellement un exercice de « Due Diligence » sur les informations que le promoteur avait avancées. Le 11 février, l’organisme parapublic a envoyé une nouvelle correspondance au promoteur. En ce qu’il s’agit de la Development Security, le CEB a déjà entamé des procédures auprès des banques. « Deux banques ont émis des doutes sur la validité de certains documents. L’affaire a été confiée à la police pour l’ouverture d’une enquête. »

Interrogé par le député Reza Uteem sur la possibilité de mettre fin à l’accord avec le promoteur, le ministre Collendavelloo précise que le CEB fait confiance à son panel légal pour une éventuelle décision. « Je suis la dernière personne à prononcer mon opinion. Le CEB dispose de son panel d’avocats. C’est lui qui doit revoir la situation », a-t-il répondu.

Initié depuis 2011, le projet de construction d’une ferme éolienne à Plaine-Sophie accuse un retard de plus d’une année. Selon le contrat signé entre le CEB et le promoteur du projet, le consortium Suzlon Padgreen Co. Ltd, l’achèvement du projet avait été initialement fixé à décembre 2018.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Made for more